Daniel Cohn-Bendit assure avoir été approché pour succéder à Nicolas Hulot... mais plaide pour Pascal Canfin

L\'ancien député européen Daniel Cohn-Bendit, le 10 octobre 2017 à Francfort (Allemagne). 
L'ancien député européen Daniel Cohn-Bendit, le 10 octobre 2017 à Francfort (Allemagne).  (FRANK RUMPENHORST / DPA / AFP)

L'ex-député européen confie au "Journal du dimanche" et à "Ouest-France" qu'il a été contacté par Christophe Castaner et Benjamin Griveaux. Il pourrait rencontrer Emmanuel Macron dimanche. 

Daniel Cohn-Bendit pourrait-il remplacer Nicolas Hulot, après sa démission du poste de ministre de la Transition écologique et solidaire, mardi 28 août ? L'ancien député européen a affirmé dans des entretiens au Journal du dimanche et au quotidien régional Ouest-France vendredi, avoir été contacté par Christophe Castaner et Benjamin Griveaux pour succéder à l'ancien présentateur de télévision.

"Castaner m'a appelé", a révélé Daniel Cohn-Bendit au JDD, précisant à Ouest-France que le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, l'avait également contacté. "Je lui ai dit [à Christophe Castaner] que je ne croyais pas que c'était une bonne idée. Je ne suis pas du tout fait pour être ministre", a-t-il ajouté.

Une possible réunion avec Macron dimanche

Plus étonnant, Daniel Cohn-Bendit affirme avoir plaidé, au téléphone, pour une nomination de Pascal Canfin, ex-eurodéputé EELV au poste de ministre. "Canfin serait le meilleur. il a une dimension européenne, c'est un vrai écolo et il a de l'expérience", explique-t-il au JDD"Si ministre, ce n'était que faire des conférences de presse, ça je peux faire, tous les jours, toutes les heures et dans toutes les langues", a développé l'ancien député européen.

"Je tiens à ma liberté", a aussi confié l'écologiste. Selon les informations du Journal du dimanche, Daniel Cohn-Bendit se refuse à prendre sa décision "tant [qu'il n'a] pas discuté avec Macron". "Pour l'instant, Emmanuel Macron ne m'a rien proposé directement. J'ai cru comprendre qu'il demanderait à me voir dimanche", a précisé l'écologiste. Ce dernier avait soutenu le chef de l'Etat, alors candidat, lors de la campagne présidentielle de 2017. 

Vous êtes à nouveau en ligne