Présidentielle : Dupont-Aignan raille les "idiots utiles du système" qui manifestent dans sa ville après son ralliement à Le Pen

Nicolas Dupont-Aignan prend la parole lors d\'un meeting de Marine Le Pen à Villepinte (Seine-Saint-Denis), le 1er mai 2017.
Nicolas Dupont-Aignan prend la parole lors d'un meeting de Marine Le Pen à Villepinte (Seine-Saint-Denis), le 1er mai 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)

L'ancien candidat de Debout la France à la présidentielle s'est confié mercredi au "Parisien".

"Tous ces gauchistes qui viennent en bus protester devant ma mairie feraient mieux de protester contre M. Macron, qui va leur faire une loi Travail bis." Dans un entretien au Parisien paru mercredi 3 mai, Nicolas Dupont-Aignan n'est pas tendre avec les plusieurs centaines de personnes venues manifester devant sa mairie de Yerres (Essonne) pour protester contre son alliance avec Marine Le Pen.

>> Suivez en direct les derniers préparatifs du débat de l'entre-deux-tours avec franceinfo

"En démocratie, chacun a le droit de dire ce qu'il pense mais aussi d'appeler à voter pour qui il veut. Les Français ont un choix crucial entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Moi, à la différence de la classe politique lâche et peureuse, j'ai pris ma responsabilité et je l'assume complètement", explique Nicolas Dupont-Aignan.

Il ne démissionnera pas

"Ayant été réélu à Yerres avec 80% des voix à trois reprises, il y a forcément des mécontents quant à mon choix du second tour. L'avenir de la France, et pas mon avenir politique, est en jeu. Ce n'est pas un ralliement, c'est un accord de gouvernement sérieux et équilibré", insiste celui que Marine Le Pen a désigné comme son futur Premier ministre en cas d'élection.

Le président de Debout la France demande "qu'on respecte" son "choix". "Je suis libre. Je n'ai pas adhéré au Front national. Mon parti reste indépendant", assure-t-il. Nicolas Dupont-Aignan affirme également ne pas vouloir "démissionner", en dépit de la demande de rendre son mandat formulée dans un courrier des maires de l'agglomération (Val d'Yerres Val de Seine) dont il est le président.

Eux, ils ont appelé à voter Macron après l'avoir combattu. Je n'ai pas de leçons à recevoir de gens qui ont trompé leurs électeurs.Nicolas Dupont-Aignanau Parisien

Vous êtes à nouveau en ligne