Nathalie Kosciusko-Morizet appellera "clairement" à voter socialiste en cas de duel PS-FN au 2e tour des cantonales

Nathalie Kosciusko-Morizet
Nathalie Kosciusko-Morizet (Photo France Televisions - Catherine Rougerie)

"L'UMP n'a pas encore pris sa position officielle, elle le fera (...) Ma position est très claire: on s'adresse à tous les électeurs parce que tous les électeurs sont des Français, en revanche on ne s'adresse pas à tous les partis parce que tous les partis ne sont pas des partis républicains", a dit la ministre de l'Ecologie mardi sur Canal+.

"L'UMP n'a pas encore pris sa position officielle, elle le fera (...) Ma position est très claire: on s'adresse à tous les électeurs parce que tous les électeurs sont des Français, en revanche on ne s'adresse pas à tous les partis parce que tous les partis ne sont pas des partis républicains", a dit la ministre de l'Ecologie mardi sur Canal+.

Pour les élections cantonales des 20 et 27 mars, il faut avoir "des principes très clairs", a-t-elle estimé. "Par exemple, s'il y a un 2e tour Front national/Parti socialiste dans un canton, on ne considère pas que la politique est un continuum et que tout se vaut. Moi, dans ce cas-là je dis clairement: on vote PS", a précisé la maire de Longjumeau (Essonne) et membre du bureau politique de l'UMP.

Le numéro un de l'UMP Jean-François Copé a assuré dimanche qu'il n'y aurait "jamais d'alliance électorale" entre les candidats de son parti et ceux du Front national, mais il a qualifié de "grand mot" le fait d'envisager un mot d'ordre national de l'UMP en cas de duel FN/PS.

Il n'empêche que la ligne générale à adopter en vue des cantonales des 20 et 27 mars s'avère bien délicate à établir, alors que les derniers sondages politiques, extrêmement commentés, révèlent une percée de Marine Le Pen et, a fortiori, de son camp.

Réactions divergentes à l'UMP à la prise de position de NKM
Cité mercredi matin sur France Info, le député UMP du Nord Christian Vanneste a fustigé la prise de position de Nathalie Kosciusko-Morizet: "Pour des cantonales, il est hors de question qu'un membre de l'UMP puisse appeler à voter pour un membre du Parti socialiste ! Comment voulez-vous que quelqu'un qui passe son temps à dire 'les socialistes nous ont foutu dans la merde' disent 'Nous allons voter pour des gens qui nous ont foutu dans la merde' ? C'est complètement idiot !"

En revanche, le président UMP du Sénat Gérard Larcher a affirmé qu'en cas de duel PS/FN au 2e tour des cantonales, il souhaitait "à titre personnel" un vote en faveur du Parti socialiste. Mercredi, lors de l'émission Questions d'Info LCP/FranceInfo/AFP, il a révélé que le bureau politique de l'UMP se prononcerait "la semaine prochaine" sur cette question. "Mais pour moi, à titre personnel (...), il n'a jamais été question de choisir l'extrême droite."

Lire aussi

>>