Nadine Morano : "Tout va bien, il faut descendre d'un cran !"

(Nadine Morano estime que ses propos ont été mal interprétés © MaxPPP)

En pleine polémique autour de ses propos sur la "race blanche", Nadine Morano a appelé mercredi soir à "dédramatiser". L'eurodéputée, qui devrait se voir retirer son investiture Les Républicains dans l'Est pour les régionales, se dit victime d'un "acharnement" politique.

Pas de mea culpa pour Nadine Morano, mais un appel à "l'apaisement" . Depuis son fief de Toul (Meurthe-et-Moselle), l'ancienne ministre est revenue sur la polémique qu'elle a déclenchée après ses propos sur "la race blanche" :

"Franchement, heureusement que je n'ai pas tué quelqu'un, sinon qu'est-ce que ça serait ? Heureusement que personne n'a déposé plainte contre moi ! Tout va bien, il faut descendre d'un cran !"

"On a voulu donner à mes propos (...) un sens que je n'accepterai jamais", regrette Nadine Morano
--'--
--'--

"Ils perdent la raison !"

"Je n'ai pas vu la dimension que tout cela prenait, à dire vrai, reconnaît Nadine Morano, je l'ai vu quand Jean-Christophe Lagarde m'a accusée d'être la porte-parole du Ku Klux Klan. Ils perdent la raison !"   Et l'eurodéputée de se dire victime d'un "acharnement" politique :  "Cela sent un peu le sang, c'est de la politique politicienne, ça me dégoûte !" 

 

Nadine Morano qui va être réconfortée par le soutien que lui apportent ses militants - un reportage de Mathilde Lemaire
--'--
--'--

Nicolas Sarkozy a saisi la Commission nationale d'investiture en vue "d'un retrait de l'investiture en Meurthe-et-Moselle à Nadine Morano" . La commission se penchera sur son cas mercredi prochain.

A LIRE AUSSI ►►► Mais que veut vraiment Nadine Morano ?

Vous êtes à nouveau en ligne