VIDEO. "On n'est pas couché" : Ségolène Royal assure n'avoir "jamais financé" le travail de ses enfants "sur fonds publics"

Interrogée par Vanessa Burggraf, l'ancienne candidate à la présidentielle assume le fait que son fils ait travaillé pour sa campagne, mais assure qu'"il n'a pas eu un euro".

Pas question de dépenser l'argent de l'Etat pour ses enfants, assure-t-elle. Invitée d'"On n'est pas couché", samedi 3 juin, Ségolène Royal a défendu l'une des principales mesures du projet de loi de moralisation de la vie publique porté par le nouvel exécutif : l'interdiction des emplois familiaux pour les parlementaires, les membres du gouvernement et les élus locaux qui disposent d'un cabinet. Et l'ancienne ministre de l'Ecologie assure n'avoir jamais eu recours à ce procédé.

>> Ce que contient le projet de loi de moralisation de la vie publique présenté par François Bayrou

"Vous-même, vous avez travaillé avec votre fils, quand vous étiez candidate", l'a interrogée la chroniqueuse Vanessa Burggraf, en évoquant le cas de Thomas Hollande. "Absolument pas", a répliqué Ségolène Royal.

Mon fils a fait ça bénévolement. Ça m'aurait choquée et ça aurait choqué mes enfants, ils n'auraient pas accepté d'être financés sur fonds publics.

Ségolène Royal

dans "On n'est pas couché"

"Ça prouve que je n'ai pas mal éduqué mes enfants"

"Les gens ne comprennent pas pourquoi on ne travaillerait pas avec ses enfants, a poursuivi l'ancienne ministre. Un boulanger, un artisan, il travaille en famille, mais [là], il s'agit bien d'argent public. C'est-à-dire de contrats faits par un parlementaire, un maire… pour un de ses enfants ou son conjoint."

Ségolène Royal assure n'avoir "jamais fait ça, même pendant une campagne électorale". "Pendant une campagne électorale, c'est l'argent d'un parti, ça aurait pu se faire, a-t-elle développé. Mon fils a fait ma campagne électorale, il n'a pas eu un euro alors que d'autres qui avaient son âge étaient rémunérés." L'ancienne candidate à la présidentielle a insisté sur le fait que son fils aurait été "profondément choqué" dans le cas contraire : "Ce qui prouve que je ne les ai pas mal éduqués quand même."

Vous êtes à nouveau en ligne