VIDEO. "Complément d'enquête". Suède, la dictature de la transparence

Dans ce pays érigé en modèle de rigueur, la pression sur les élus serait-elle trop forte ? Un reportage de "Complément d'enquête".

Toujours plus de transparence… Mais jusqu’où ? Imaginez le nom de votre maison, la photo de votre conjoint, le montant de votre salaire toutes vos informations personnelles accessibles à tous. La Suède l'a fait : elle édite un annuaire unique au monde, le Ratsit, qui dévoile tout. Et tant pis pour le respect de la vie privée. Le prix à payer pour contrôler l'activité des puissants et éradiquer la corruption ? Ceux qui sont au pouvoir n'ont qu'à bien se tenir. La Suède passe pour un pays modèle pour la rigueur imposée à ses élus. 

Tolérance zéro pour les écarts des politiques

Pourtant, ils sont de plus en plus nombreux à se plaindre : la pression serait telle que certains députés jettent l’éponge, quand d’autres, éjectés de la vie politique à cause de scandales, réclament un droit au pardon. Pas le droit au moindre écart de conduite : une ministre a ainsi démissionné après un éthylotest positif ! Quant aux aspirants politiciens, ils sont découragés d'avance et préfèrent choisir une autre voie. Une partie des Suédois redoute l'avènement d'une classe politique bien trop lisse pour être honnête...

Un reportage d’Irène Bénéfice et Swany Thebault, diffusé dans "Complément d'enquête" le 9 mars 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne