La loi de moralisation de la vie politique adoptée à une large majorité

France 3

La loi de moralisation de la vie politique a été adoptée à une large majorité la nuit dernière, vendredi 27 juillet. 

Après une semaine chaotique et plus de 50 heures de débat, le projet de loi est adopté à une large majorité. Restaurer la confiance dans la vie politique, c'était une promesse d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle marquée par les affaires. Le projet de loi préparé par François Bayrou avant qu'il ne démissionne prévoit donc l'interdiction des emplois familiaux et la suppression de la réserve parlementaire, cette enveloppe de 130 000 euros par an allouée à chaque élu. Des mesures débattues dans un climat houleux à l'assemblée.

Certains points demeurent flous

Imprécision, amateurisme, les critiques de l'opposition se sont multipliées. Prévention des conflits d'intérêts, financement de la vie politique... Le projet de loi est dense, mais certains points restent flous, selon cet observateur, notamment sur l'instauration de notes de frais pour les élus : "Le projet de loi réfère aux assemblées la libre organisation de ces frais de mandat. Alors il y a des promesses de réaliser le remboursement des frais de mandat sur justificatif, mais ça ne reste que des promesses, et sans transparence, malheureusement il y aura des dérives et on risque d'avoir des scandales à venir", analyse Tangui Morlier, cofondateur de Regards Citoyens. Mardi, députés et sénateurs devraient trouver une version commune à ce texte. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne