Soupçons d'emplois fictifs au MoDem : après Sylvie Goulard, François Bayrou et Marielle de Sarnez à leur tour entendus par les policiers

Marielle de Sarnez et François Bayrou, le 24 mai 2019 à Paris.
Marielle de Sarnez et François Bayrou, le 24 mai 2019 à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Ils ont été convoqués par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

Après l’ex-députée européenne Sylvie Goulard entendue mardi 10 septembre par les policiers, c’est au tour du président du MoDem François Bayrou et de la vice-présidente du MoDem, Marielle de Sarnez, d’être auditionnés mercredi 11 septembre, dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs du MoDem au Parlement européen, a appris franceinfo de sources concordantes, confirmant une information du Point. Ils ont été convoqués par les policiers de l’OCLCIFF (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales) à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Bayrou "impatient de répondre aux enquêteurs"

Un des avocats de François Bayrou, Me Françis Teitgen, contacté par franceinfo explique que François Bayrou était "impatient de répondre aux enquêteurs après deux ans et demi d'enquête", mais il ne souhaite pas de son côté confirmer la présence de l'actuel maire de Pau dans les locaux de Nanterre ce mercredi.

Sylvie Goulard, qui a été l’ancienne ministre des Armées pendant un mois dans le gouvernement d’Edouard Philippe en 2017, a été auditionnée mardi, le jour où elle a hérité d'un vaste portefeuille économique à la Commission européenne. Elle deviendra commissaire européenne pour le marché intérieur si le Parlement européen valide cette nomination.

Une information judiciaire contre X, confiée à des juges d’instruction parisiens avait été ouverte en juillet 2017 pour "abus de confiance, recel d’abus de confiance et escroqueries". Le MoDem est soupçonné d'avoir utilisé des crédits européens pour rémunérer des assistants parlementaires d'eurodéputés au service du parti.

Vous êtes à nouveau en ligne