Assistants parlementaires d'eurodéputés : une perquisition en cours au siège du MoDem

Le président du MoDem, François Bayrou, le 23 avril 2009.
Le président du MoDem, François Bayrou, le 23 avril 2009. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le parquet de Paris avait ouvert en juillet dernier une information judiciaire contre X pour "abus de confiance, recel d'abus de confiance et escroqueries" dans l'affaire des assistants parlementaires des députés européens du MoDem.

Une perquisition est en cours mercredi 18 octobre dans la matinée au siège du MoDem, à Paris, dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires d'eurodéputés, a appris franceinfo de source proche de l'enquête, confirmant une information de RTL.

L'enquête est confiée à trois juges d'instruction. Le parquet de Paris a ouvert en juillet une information judiciaire contre X pour abus de confiance, recel d'abus de confiance et escroqueries. 

Le MoDem assure avoir respecté toutes les règles

La justice cherche à savoir si certains collaborateurs d'eurodéputés du parti centriste ont été en partie rémunérés par les fonds publics du Parlement européen, alors qu'ils étaient en réalité affectés à d'autres tâches pour le MoDem.

Un ancien salarié du MoDem avait révélé sur franceinfo l'existence d'une dizaine d'employés du Mouvement démocrate qui auraient été rémunérés comme assistants parlementaires européens.

Dans cette affaire, le MoDem assure avoir respecté toutes les règles. "Nous n'avons jamais eu d'emplois fictifs", avait assuré François Bayrou le 21 juin, jour de sa démission du ministère de la Justice. Selon lui, cette affaire était une opération menée "dans le but de décrédibiliser la personne qui portait la loi" de moralisation de la vie publique.