Accusation d'emploi fictif d'un ex-salarié du MoDem : "Je dis qu'il y avait emploi réel, c'est nickel", répond Jean-Luc Bennahmias

FRANCEINFO

L'ancien eurodéputé Jean-Luc Bennahmias a affirmé sur franceinfo avoir bien travaillé avec l'ex-salarié du MoDem qui a signalé à la justice avoir été payé, en partie, en tant qu'assistant parlementaire.

Jean-Luc Bennahmias a réagi vendredi 9 juin sur franceinfo les déclarations d'un ancien salarié de MoDem qui a affirmé, lors d'un signalement à la justice, avoir été payé en partie en tant qu'assistant parlementaire de l'ex-eurodéputé centriste alors qu'il travaillait à Paris au siège du Mouvement Démocrate.

"Je peux affirmer qu'on a travaillé ensemble, a assuré Jean-Luc Bennhamias, élu en 2004 sur une liste présentée par le MoDem. Il s'occupait du site web du MoDem et il est est assez facile de voir que pendant les onze mois où je l'ai payé, à temps très partiel, il répercutait toutes les actions européennes que je faisais en temps que député européen et membre de la commission travail et emploi.

"Je me sens tout à fait honnête" 

"Dans cette faire il s'agit de voir s'il y a emploi fictif ou emploi réel, s'est défendu Jean-Luc Bennahmias. Je dis qu'il y avait emploi réel. C'est nickel. Ou serait la faute ?"

Corine Lepage a décrit à franceinfo une "règle" du MoDem qui demandait aux députés européens de "mettre un assistant parlementaire à disposition". Y avait-il un "système" au MoDem demandant de mettre à disposition un assistant parlementaire ? "On demandait de mettre [un assistant] à disposition, peut-être, sans doute, a répondu Jean-Luc Bennahmias. Mais qu'il ait réellement une fonction d'aide au parlementaire. J'affirme que l'assistant parlementaire que je payais avait une fonction d'assistant parlementaire, pour faire la promotion du travail des députés européens et prioritairement de moi-même au niveau de l'Europe. (...) Je me sens tout fait honnête, honorable."

Selon les informations de franceinfo, une dizaine de salariés du parti de François Bayrou auraient été rémunérés en tant qu'assistant parlementaires de députés européens du MoDem. Jeudi, le MoDem affirme dans un communiqué avoir "respecté toutes les règles".