Modem, UMP et FN : les législatives s'annoncent compliquées (Radio France Politique)

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Trois invités ce soir dans Radio France Politique : Claude Bartolone "déçu que la Seine-Saint-Denis ne soit pas représentée au gouvernement", Florian Philippot qui croit en la victoire de Marine Le Pen, et Robert Rochefort qui déplore que le Modem soit en difficulté dans la circonscription de François Bayrou.

Claude Bartolone : "La parité, de nouveaux ministres, c'est ce qui compte"

"Attention, pas trop de tourisme gouvernemental mais plutôt des annonces pour la Seine-Saint-Denis" , prévient Claude Bartolone à l'endroit des ministres qui viennent régulièrement dans son département. Il est vrai qu'ils sont plusieurs à avoir déjà fait le déplacement.

Le député de Seine-Saint-Denis se dit par ailleurs "gêné"  que son département "ne soit pas représenté au gouvernement" . Claude Bartolone rappelle que "le 93" est "le département le plus jeune et le plus pauvre de France" , "un département symbolique de ce qui devra être fait [par le gouvernement]" . Il tempère néanmoins : "Il est beau ce casting, la parité, beaucoup de nouveaux ministres, c'est ce qui compte."

Florian Philippot : "C'est un combat difficile"

Porte-parole et candidat en Moselle du "rassemblement bleu marine", Florian Philippot commence par relativiser la portée d'un sondage qui donne Marine Le Pen battue par Jean-Luc Mélenchon dans le Pas-de-Calais : "Ce sont les mêmes sondages qui donnaient Jean-Luc Mélenchon à égalité voire devant Marine Le Pen pendant la présidentielle." Il rappelle que la 11e circonscription du Pas-de-Calais est "historiquement de gauche depuis 80 ans, c'est un combat difficile" , avant d'ironiser : "Jean-Luc Mélenchon s'est choisi une circonscription facile."

L'ancien directeur stratégique de la campagne présidentielle du FN est optimiste, "elle l'emportera" , dit-il. Il estime par ailleurs que "la dynamique de Marine Le Pen est largement supérieure [à celle du Front de Gauche], et je pense que le candidat socialiste a plus de chances d'accéder au second tour que Jean-Luc Mélenchon".

Et ce, malgré les 18 % dont est crédité Philippe Kemel (PS). Florian Philippot indique enfin qu'il trouve que le mode de scrutin des législatives "n'est pas démocratique" , et qu'il n'est pas normal que "le Front national n'ait pas d'élu" .

Robert Rochefort : "Si Bayrou devait quitter l'Assemblée, ce serait une régression démocratique"

Troisième et dernier invité de l'émission, Robert Rochefort "pense que [la défaite de François Bayrou] n'est pas le scénario le plus vraisemblable" . Il ajoute néanmoins qu'il est inquiet : "Si le résultat de cette élection devait aboutir au fait que François Bayrou quitte l'Assemblée nationale, ce serait vraiment une régression démocratique."

Le vice-président du Modem explique "qu'en plus, ce serait un socialiste qui serait élu"  sur l'ancien fauteuil de François Bayrou. Robert Rochefort estime que "ce serait une honte pour les socialistes" , tant le patron du Modem "a contribué largement à l'élection de François Hollande".

Prompt à dénoncer "l'intégrisme" des socialistes sur les alliances, Robert Rochefort regrette "le jeu politique très traditionnel et un peu archaïque dans lequel il y a des camps qui sont fermés" . Il estime que les socialistes "devront rassembler au delà de la majorité présidentielle".  À ce titre "François Hollande et Jean-Marc Ayrault auront besoin de nouvelles propositions dans leur boîte à outils" , selon lui.

Vous êtes à nouveau en ligne