VIDEO. Voter "utile", c’est voter pour qui finalement ?

La théorie du vote "utile" est avancée par les candidats à l’élection présidentielle depuis le début de la Vème République. Aujourd’hui encore, les aspirants à l’Élysée agitent de nouveau son spectre.

Voter "utile", c’est voter pour un candidat, parce qu’on pense qu’il peut gagner ou bien devancer un autre candidat, sans forcément partager ses idées politiques. Cette théorie existe depuis longtemps, déjà en 1969, Michel Rocard en parlait à la télévision. Mais cette année, chaque candidat à l’élection présidentielle a sa propre définition du vote "utile".

Pour Jean-Luc Mélenchon, le vote "utile" : "C’est toujours un vote futile !" Selon lui, le bon vote est celui "qui fait le bien de tous". Benoît Hamon a une définition assez similaire avançant que le vote "utile" : "c’est le vote utile pour vous".

La plupart des candidats sont le vote "utile"

Philippe Poutou considère aussi que voter pour son parti, le NPA : "C’est un vote utile". Nicolas Bay, secrétaire général du FN, défend sa candidate, déclarant que face à Emmanuel Macron, le vote utile c’est le vote en faveur de Marine Le Pen. Nicolas Dupont Aignan qui a dénoncé le vote "utile" comme "une calamité pour la France" le 6 avril, a annoncé le 8 avril : "le vote utile c’est moi !".

Vous êtes à nouveau en ligne