VIDEO. "L'objectif de Jean-Luc Mélenchon, c'est la crise politique" regrette Laurence Rossignol

FRANCEINFO

Invitée de franceinfo, lundi, la sénatrice socialiste Laurence Rossignol a réagit à l'évocation des nazis lors du discours de Jean-Luc Mélenchon, samedi dernier. "Ce n'est pas une faute horrible, c'est un dérapage, c'est faux" note t-elle.

"L'objectif de Jean-Luc Mélenchon, c'est la crise politique" a affirmé lundi 25 septembre sur franceinfo la sénatrice socialiste Laurence Rossignol. Une fin qui constitue "un risque pour notre pays et on ne peut pas suivre Jean-Luc Mélenchon dans cette voie-là", a-t-elle expliqué.

"Il occupe l'espace médiatique"

L'ancienne ministre a remis en cause le rapport de Jean-Luc Mélenchon à la démocratie : il "n'a pas le même rapport que moi à la démocratie", a-t-elle dit. "Jean-Luc Mélenchon pense que la démocratie est un moyen mais n'est pas une fin. Je pense que la démocratie est une fin, car elle implique et détermine ce qui se passera ensuite", a-t-elle expliqué.

Et pour la sénatrice, "non" il n'est pas le seul à représenter une opposition de gauche. Pour elle, "il occupe l'espace médiatique. Il occupe l'espace de l'expression politique. Il a occupé samedi l'espace de la rue également. Mais l'histoire de la gauche en France, c'est l'histoire du rassemblent et la réunion dans un seul mouvement de la gauche radicale, incarnée aujourd'hui par Jean-Luc Mélenchon et hier par le PCF, et d'une gauche réformiste sociale, démocrate, républicaine. Quand ces deux gauches sont divisées, ellex ne gagnent jamais."

"Ce n'est pas une faute horrible, c'est un dérapage, c'est faux"

Laurence Rossignol est revenue sur l'évocation des nazis lors de son discours samedi dernier lors de la manifestation contre la réforme du Code du travail : "Ce n'est pas une faute horrible, c'est un dérapage, c'est faux. Pas de quoi non plus en faire un problème politique énorme." Après sa réaction, Alexis Corbière, a interpellé l'ancienne ministre sur Twitter : 

La sénatrice a tenue à rappeller au député de La France insoumise qu'elle n'a "pas demandé d'excuses à Jean-Luc Mélenchon". Avant de préciser que "les excuses c'est une démarche morale. On présente des excuses lorsqu'on a offensé quelqu'un. Là, Jean-Luc Mélenchon n'a offensé personne. Il a fait une faute historique". En ce qui concerne les excuses du PS, Laurence Rossignol fait la "même réponse" à Alexis Corbière : "nous n'avons pas fait de faute morale".