Comment le FN tente de profiter du silence de Mélenchon pour séduire les "insoumis"

Des militants de la France Insoumise tractant à Paris avant le premier tour de la présidentielle. 
Des militants de la France Insoumise tractant à Paris avant le premier tour de la présidentielle.  (DENIS MEYER / HANS LUCAS)

Alors que la consultation des partisans de la France insoumise a débuté mardi sur le site internet du mouvement, le FN tente de draguer les électeurs de Jean-Luc Mélenchon. 

La nature a horreur du vide, dit le dicton. Et le FN compte bien en profiter. Alors que la consultation des partisans de la France insoumise a commencé mardi 25 avril via le site internet de campagne, le Front National a lancé une campagne de séduction des électeurs de Jean-Luc Mélenchon. Depuis dimanche, les militants frontistes multiplient les initiatives pour récupérer le vote des partisans de Jean-Luc Mélenchon qui n'a pas donné de consigne de vote.

L'opération séduction a notamment été lancée sur les réseaux sociaux avec un tract titré “L’avenir en commun” - du nom du programme de la France insoumise- sur lequel figure une rose bleue, symbole de Marine Le Pen.

 

Le tract prétend recenser les très nombreux points communs entre la candidate du FN et Jean-Luc Mélenchon, et il se termine par une phrase à l’adresse des insoumis, les incitant “à ne pas se tromper de combat”. 

Pas de consigne claire 

Du côté de la France insoumise, deux jours après le premier tour, on ne donne toujours pas de consigne claire entre l’abstention, le vote blanc et le vote Emmanuel Macron, on répète que “pas une voix ne doit aller au Front national”... “Si certains sont tentés de voter FN, ils ne sont qu’une infime minorité. Nous avons l’un des électorats les moins poreux”, explique un membre du mouvement.

Selon notre sondage publié dimanche soir, 9% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon envisagent de voter pour Marine Le Pen. Ils sont 33% chez les électeurs de François Fillon.