Présidentielle : régions et intercommunalités, des "échelons inutiles à supprimer", affirme Bay (FN)

France 3

Nicolas Bay, secrétaire général du FN, est l'invité politique du Grand Soir 3 ce dimanche 12 mars à 41 jours du premier tour de la présidentielle.

"Marine Le Pen fait de moins en moins peur. Je vois que Marine Le Pen est en croissance continue dans les intentions de voter au premier comme au second tour" de la présidentielle, assure Nicolas Bay dans le Grand Soir 3 ce dimanche.

Pour le secrétaire général du FN, "un duel au second tour se dessine entre Macron et Le Pen. Ce sera un débat un très clair entre Marine Le Pen qui veut une nation qui protège les Français et Emmanuel Macron qui incarne la dérégulation totale, la dislocation de la nation, la disparition des frontières, le rejet de l'identité française et le mépris de la culture française".

Les juges peuvent "attendre deux mois de plus"

Pour financer les 150 milliards de dépenses nouvelles, Nicolas Bay évoque "les gisements d'économies comme les 30 milliards que coûtent l'immigration, la fraude sociale, c'est 20 milliards, la fraude fiscale, c'est 50 milliards et l'UE coûte huit milliards par an". Le dirigeant du FN énonce aussi que des économies sont à faire en "supprimant tous les échelons inutiles comme l'UE, les conseils régionaux et les intercommunalités".

Marine Le Pen "bénéficie de l'immunité parlementaire pour ne pas se rendre à la convocation des juges. Ce n'est pas un privilège, défend Nicolas Bay. C'est le moyen d'éviter que les parlementaires soient sous la pression des autres pouvoirs. Les juges ont attendu deux ans pour la convoquer. Ils peuvent attendre deux mois de plus", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne