Présidentielle : malgré les conflits, Jean-Marie Le Pen parraine sa fille

Jean-Marie Le Pen, le 5 octobre 2016 au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine).
Jean-Marie Le Pen, le 5 octobre 2016 au tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine). (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

La candidate frontiste a dépassé vendredi la barre des 500 parrainages requis pour se présenter à l'élection présidentielle.

La raison politique au-dessus des rancœurs familiales. En tant que député européen, Jean-Marie Le Pen, en conflit avec sa fille Marine Le Pen, a apporté son parrainage à celle-ci pour la présidentielle , a annoncé le Conseil constitutionnel vendredi 10 mars.

Jean-Marie Le Pen a été exclu du Front national en août 2015, notamment pour la réitération de propos sur les chambres à gaz, qualifiées de "détail" de l'histoire de la seconde guerre mondiale. La cour d'appel a récemment confirmé sa condamnation à 30 000 euros d'amende pour ces propos.

Un prêt pour sa campagne

Il a néanmoins été réintégré le 17 novembre en tant que président d'honneur du parti par une décision de justice. Le tribunal de grande instance de Nanterre a en effet validé l'exclusion de Jean-Marie Le Pen, mais jugé qu'il en restait néanmoins président d'honneur.

Le fondateur du parti d'extrême droite entretient par ailleurs le doute sur son soutien politique à sa fille pour la présidentielle. Ce qui ne l'a pas empêché, outre ce parrainage, de lui prêter de l'agent via son micro-parti Cotelec.