Présidentielle : deux tiers des militants de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon comptent voter blanc ou s'abstenir

Jean-Luc Mélenchon, lors d\'un meeting sur le Vieux-Port de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 avril 2017. 
Jean-Luc Mélenchon, lors d'un meeting sur le Vieux-Port de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 9 avril 2017.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Plus de 65% des soutiens de Jean-Luc Mélenchon envisagent de voter blanc, nul ou de s'abstenir dimanche au second tour de l'élection présidentielle qui opposera Marine Le Pen à Emmanuel Macron, selon le résultat de la consultation dévoilé mardi.

Le résultat "donne à voir des avis partagés". Les militants de la France insoumise ont opté aux deux tiers pour le vote blanc ou l'abstention, seuls 34,83% se prononçant pour un vote Macron pour le second tour de l'élection présidentielled'après les résultats de la consultation lancée par Jean-Luc Mélenchon sur la plateforme web de la France insoumiseParmi quelque 243 128 votants, 36,12% ont choisi le vote blanc ou nul et 29,05%, l'abstention.

>> Suivez en direct toute l'actualité de l'entre-deux-tours

La consultation s'est close mardi 2 mai à midi. Elle a rassemblé plus de la moitié des 430 000 soutiens du candidat éliminé au premier tour, inscrits sur la plateforme de la France insoumise depuis le lancement de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. 

"Le vote FN ne constituait pas une option de la consultation"

"Il ne s'agissait pas de déterminer une consigne de vote, mais d'organiser la prise de parole des insoumis au sujet de leurs choix de second tour, précise la France insoumise. Etant donné l'attachement profond de la France insoumise aux principes d'égalité, de liberté et de fraternité, le vote Front national ne constituait pas une option de la consultation", ajoute le mouvement.

Eliminé au premier tour de la présidentielle, mais arrivé loin devant le candidat du PS, Benoît Hamon (6,36%), Jean-Luc Mélenchon (19,58%) avait refusé de donner une consigne de vote, suscitant de nombreuses critiques au sein de la classe politique. Mais alors que Marine Le Pen courtise ouvertement ses électeurs "insoumis", l'ancien sénateur socialiste a finalement indiqué qu'il ne voterait pas pour le FN, avant de mettre en garde ses électeurs dimanche sur TF1 contre la "terrible erreur" que représenterait un vote en faveur du parti d'extrême droite. Cette dernière option ne figurait pas parmi celles débattues sur la plateforme.

Jean-Luc Mélenchon a également demandé un "geste" à Emmanuel Macron en faveur de ses électeurs. Mais le candidat d'En marche ! lui a opposé une fin de non-recevoir, refusant notamment d'abandonner la réforme du droit du travail qu'il projette de faire adopter par ordonnances. "Je ne vais pas modifier mon projet pour aller convaincre des électeurs qui n'ont pas voté pour moi au premier tour", a expliqué Emmanuel Macron sur RMC et BFMTV. Il a toutefois promis de mener ses réformes "en considérant cette part des inquiets, des perdants, de ceux qui aujourd'hui n'y trouvent pas leur compte."

Vous êtes à nouveau en ligne