"J'ai honte de ce parti" : "L'Obs" a eu accès aux discussions privées de membres du Front national de la jeunesse

Des militants du FNJ assistent à un meeting de Marine Le Pen, le 19 avril 2017 à Marseille.
Des militants du FNJ assistent à un meeting de Marine Le Pen, le 19 avril 2017 à Marseille. (MAXPPP)

Dans ce groupe, "L'Obs" a lu de vives critiques à l'égard du parti, ainsi que des blagues racistes et homophobes.

C'est un article embarrassant pour le FNJ (Front national de la jeunesse). Lundi 12 mars, L'Obs a publié les extraits d'un groupe privé, sur Twitter, de membres du mouvement jeunesse du parti d'extrême droite. Parmi eux, Davy Rodriguez, l'un des assistants parlementaires de Marine Le Pen qui a récemment démissionné après la publication d'une vidéo où, ivre et énervé, il tient des propos racistes (il conteste la véracité de cette vidéo, affirmant qu'il s'agit d'un montage). Dans les membres du groupe privé, on trouve également Damien Obrador, assistant parlementaire de Steeve Briois.

Il s'agit de discussions tenues entre septembre 2017 et février 2018. Si le groupe a pour premier but de "coordonner l'action des jeunes adhérents les plus actifs via les réseaux sociaux", explique le journal sur son site, les échanges vont bien plus loin. 

"Pourquoi ils sont tous PD autour de Philippot ?"

L'Obs relève de nombreuses blagues racistes et homophobes. "Pourquoi ils sont tous PD autour de Philippot ?", rapporte le journal. Dans le groupe, la conseillère presse d'Emmanuel Macron, Sibeth Ndiaye, est mentionnée comme "l'Africaine". Et pour parler de Saint-Denis, un membre parle du "milieu de l'Afrique".

Les jeunes militants critiquent également, à de nombreuses reprises, leur parti, "immature", et ses "cadres de merde stupides comme des manches à balai". "J'ai honte de ce parti. Franchement, ce parti me fait pitié", ajoute l'un d'eux. A l'intérieur, tout le monde en prend pour son grade. Pour le petit groupe, Marine Le Pen "est complètement usée, fatiguée et démotivée" et David Rachline est "faible" et "influençable"

D'après L'Obs, le parti a pris connaissance des propos tenus sur le groupe. "La commission des conflits du parti a été saisie de l'ensemble des propos de ce groupe privé", indique le journal. Au FNJ, on envisage "des sanctions".