#Franceinfotour A Lyon et Feyzin, les Mélenchonistes hésitent toujours "entre la peste et le choléra"

Nicolas Teillard de franceinfo avec des électeurs de Jean-Luc Mélenchon à Feyzin près de Lyon 
Nicolas Teillard de franceinfo avec des électeurs de Jean-Luc Mélenchon à Feyzin près de Lyon  (Charlotte Mattout / Radio France)

Jusqu'au deuxième tour de la présidentielle entre Macron et Le Pen, franceinfo part à la rencontre des électeurs pour comprendre et faire entendre la voix des Français. Lundi 1er-Mai, quatrième étape à Lyon et Feyzin. 

C'est la quatrième étape du #franceinfotour. Après Rouen en Normandie, Denain dans le Nord, et Epinay-sur-Seine en Ile-de-France, lundi 1er-Mai, franceinfo a posé ses micros et caméras à Feyzin et à Lyon. 

>> VIDEO : Revivez le Facebooklive de franceinfo au coeur du défilé du 1er-Mai à Lyon 

Mélenchon en tête à Feyzin : le succès du programme 

A Feyzin, une commune qui abrite une énorme raffinerie, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête du premier tour de la présidentielle, dimanche 23 avril, malgré les appels du maire socialiste de la ville à voter Emmanuel Macron.  Ici, le leader de la France insoumise a réuni 27% des suffrages, devançant Marine Le Pen (24,05%) et Emmanuel Macron (22,78%). Des militants de la France Insoumise ont ouvert leurs portes à franceinfo. Bernadette, Jonathan et Mireille ont fait campagne pour Mélenchon depuis plusieurs mois.  La clé du succès ? "Il a su rassembler autour de l'écologie et de l'environnement et il ne pouvait qu'attirer l'adhésion" estime Bernadette. "Au delà de la personnalité, c'est aussi un programme" ajoute Jonathan, jeune militant. Lors de la distribution, on a constaté que, pour les électeurs, "c'était à peu près le seul candidat qui s'adressait au peuple", explique Mireille, militante. Et elle ajoute : "Ce n'était pas un vote utile mais un vote de contestation et un vote d'adhésion." 

Au premier tour, à Feyzin, Marine Le Pen a recueilli moins de voix que Jean-Luc Mélenchon.  "Une grande victoire", estime Bernadette. Qui a voté pour le leader la France insoumise ? "Beaucoup de jeunes, et beaucoup de femmes qui venaient voter pour la première fois mais aussi des anciens qui venaient voter pour la première fois" indique Mireille. 

Hakim et "l'effet boomerang" du FN 

Hakim Bellouz, délégué Force ouvrière à la raffinerie de Feyzin. Devant le micro de franceinfo, il s'est exprimé "avant tout comme citoyen".  "Aujourd'hui, le PS et les Républicains paient leur incompétence de 30 ans, explique le syndicaliste, très remonté. Ils ont été élus par le peuple pour s'occuper des problèmes des Français. Au bout de 30 ans, les problèmes de logement, c'est toujours pareil, les problèmes de travail, c'est toujours les mêmes."  Et Hakim Bellouz ajoute : "On parle de vote de barrage, ce n'est pas un barrage. Ca s'appelle 'l'effet boomerang'" 15 ans après le 21 avril 2002."  

 

Macron ou le Pen, pour qui voteront-ils au deuxième tour ? 

Le deuxième tour ? "Moi, personnellement, j'ai fait le choix de me battre contre le Front National donc je ne voterai contre le FN" avance Jonathan. Un point de vue quasi-identique à celui précisé dimanche soir par Jean-Luc Mélenchon. "Barrage contre le FN" c'est surtout ça notre position, ajoute Bernadette qui  "ne souhaite pas que Macron fasse 82% comme Chirac en 2002."

Ludwig Pistilli, salarié de la raffinerie, reconnaît que "ça a été compliqué mais il a fait son choix" pour le second tour. "Fils d'immigrés, je vois difficilement comment je peux voter pour le FN même si ils essaient de tout faire pour se dédiaboliser. Quant à Macron, il est à l'origine de la loi Travail contre laquelle on a fait grève plus six semaines", ajoute l'ouvrier. Dimanche 7 mai, il s'abstiendra. 

Vous êtes à nouveau en ligne