VIDEO. Florian Philippot déstabilisé après une question sur la condamnation de Christine Boutin pour homophobie

FRANCEINFO

Interrogé mardi sur franceinfo sur la condamnation de Christine Boutin pour homophobie, Florian Philippot, vice-président du Front national, a semblé pris de court. Celle-ci a prôné lundi sur Twitter "le vote révolutionnaire" en faveur de Marine Le Pen. 

Il est des blancs qui en disent parfois long. Le rappel de la condamnation de Christine Boutin pour avoir déclaré que "l'homosexualité est une abomination", a pris de court Florian Philippot, vice-président du Front national, interrogé mardi 25 avril sur franceinfo : "Je ne suis pas comptable et responsable" de Christine Boutin et de ses propos, a-t-il réagi après avoir marqué un blanc.

>> À lire aussi. Le Front national est-il vraiment devenu "gay friendly" ?

Christine Boutin, ex-candidate à la présidentielle et ex-ministre de Nicolas Sarkozy, a prôné lundi sur Twitter "le vote révolutionnaire" en faveur de Marine Le Pen pour faire battre Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle. La fondatrice du Parti chrétien démocrate a été condamnée en 2015 pour avoir qualifié l'homosexualité d'"abomination", en 2014 ; une condamnation confirmée en appel, en 2016.

"Christine Boutin est responsable de Christine Boutin et moi je suis responsable de moi. Elle ne nous rejoint pas. Elle vote pour nous", a ajouté Florian Philippot. Quant à imaginer Christine Boutin dans un éventuel gouvernement, si Marine Le Pen était élue présidente de la République, "je ne pense pas que ce soit dans les projets de Marine Le Pen".