Marine Le Pen veut interdire les supermarchés dans les petites villes

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Dernière idée en date de la présidente du Front national pour relancer l'emploi : protéger le commerce de proximité en interdisant les grandes surfaces dans les villes de moins de 30.000 habitants. Une proposition jugée "démagogique" par la Fédération du commerce et de la distribution.

C'est dans un entretien au quotidien régional Le Progrès , paru ce jour, que Marine Le Pen a lancé sa croisade anti-grandes surfaces. À la question : "Que proposez-vous pour relancer l'emploi ?" , la présidente du FN répond : "Interdire la présence de la grande distribution dans toutes les villes de moins de 30.000 habitants."

Des enseignes qu'elle accuse de "tuer le petit commerce" . Et de mettre en avant une mesure italienne des années 1970, quand les commerçants se sont regroupés en une association, Confcomercio, pour imposer ces restrictions. "Les résultats ont été excellents en termes d'emploi."

"Abandonnés par les pouvoirs publics"

Des propos aussitôt jugés "démagogiques et électoralistes" par la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD). Selon un sondage Ifop publié mi-mars pr la mutuelle Médicis, les petits commerçants se sentent en effet "abandonnés par les pouvoirs publics" . Ils ne seraient plus que 37% à souhaiter donner leur voix à Nicolas Sarkozy, soit 7 points de moins qu'en 2007.

"100.000 recrutements par an"

Dans un communiqué, la FCD souligne que "les enseignes de la distribution répondent à des besoins, avec des formats divers et adaptés (hypermarchés, supermarchés et magasins de proximité) sur tout le territoire" . Avançant que la grande distribution, forte de "750.000 emplois" , "en recrute chaque année 100.000, dont la moitié sont des jeunes peu qualifiés" .

Deux études de l'Insee, parus dans la décennie 2000, ne dressent  pas non plus le tableau noir brossé par Marine Le Pen. En 2007, l'institut de statistiques notait ainsi que "le nombre de commerces traditionnels baisse moins rapidement depuis dix ans. il augmente même dans certaines activités." Une autre étude, portant sur l'emploi dans le commerce de détail alimentaire, montre que, tandis que les supermarchés regroupent de plus en plus de salariés, le petit commerce n'en pâtit pas : le nombre d'emplois y est resté est resté stable depuis 25 ans.

Vous êtes à nouveau en ligne