Loi "sécurité globale" : 130 000 manifestants en France, des affrontements entre casseurs et forces de l’ordre

France 3

62 policiers et gendarmes ont été blessés lors des manifestations contre la loi "sécurité globale", samedi 28 novembre.

Un spectacle de désolation dans certaines rues du quartier de la Bastille, à Paris. Des voitures incendiées, des façades brûlées par des casseurs... les affrontements avec les forces de l'ordre ont été intenses samedi 28 novembre : selon le ministère de l’Intérieur, 62 policiers et gendarmes ont été blessés, 32 en région et 29 à Paris. "L'ensemble était pacifique, mais sur chaque manifestation, on a affaire à des groupuscules dont le seul objectif est de casser du flic", déplore Yoann Maras, du syndicat Alliance Police nationale.

D'autres affrontements à Bordeaux

Des manifestants ont aussi été touchés par des forces de l’ordre. Un journaliste de guerre syrien dit avoir reçu des coups de matraques et de boucliers, lors d’une charge de la police. D’autres villes, comme Bordeaux (Gironde), ont aussi été le théâtre d’affrontements. Des images qui viennent ternir le succès de la marche des Libertés, qui a réuni 130 000 personnes en France.

Vous êtes à nouveau en ligne