VIDEO. "L’expérience de la privatisation de Toulouse m’amène à beaucoup m'interroger", déclare Gérard Larcher

RADIO FRANCE

Le président du Sénat a aussi exprimé jeudi sur franceinfo sa réticence à la privatisation d'Aéroports de Paris.

Interrogé sur ses différences avec La République en marche, "je n'ai pas une vision du libéralisme, sans équilibre social", a déclaré jeudi 28 février sur franceinfo, le président Les Républicains (LR) du Sénat.

"Je vais prendre un exemple qui nous ramène peut-être à Air France, a poursuivi Gérard Larcher. Je partageais l'avis de ceux qui ont eu beaucoup de réticence à envisager la privatisation d'Aéroports de Paris parce que je considère que c'est un actif stratégique. Et l'expérience de Toulouse me mène à m'interroger beaucoup. Quand je vois l'A400M militaire décoller sur une piste chinoise..."

Une partie du capital de l'aéroport de Toulouse, 45,99%, avait été cédé par l'État à des actionnaires chinois en 2015, actionnaires qui cherchent maintenant à se désengager. De son côté, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a déclaré jeudi, sur Public Sénat, qu'il ne reviendrait pas sur le projet de privatisation d'Aéroports de Paris, auquel le Sénat s'est opposé le 5 février dans le cadre de l'examen du projet de loi Pacte.

Vous êtes à nouveau en ligne