Tribune des élus de droite : le trésorier des Républicains dénonce "une opération de communication de la part du gouvernement"

Daniel Fasquelle, le 13 novembre 2018 à l\'Assemblée nationale.
Daniel Fasquelle, le 13 novembre 2018 à l'Assemblée nationale. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Daniel Fasquelle a réagi dimanche à la tribune de 72 maires et élus locaux de droite exprimant leur soutien à Emmanuel Macron.

Daniel Fasquelle, trésorier du parti Les Républicains (LR) et député du Pas-de-Calais a fustigé les signataires de la tribune des élus de droite et du centre apportant leur soutien à Emmanuel Macron. "Dans cette liste, il y a beaucoup d'élus qui avaient déjà pris leurs distances avec LR, a expliqué Daniel Fasquelle dimanche 9 juin sur franceinfo.

Le trésorier national peut vous dire que la plupart d'entre eux ne payaient plus leurs cotisations depuis très longtemps donc il n'ont fait qu'officialiser leur position.Daniel Fasquelleà franceinfo

Pour le député, il s'agit d'une "opération de communication de la part du gouvernement" consistant à "récupérer tous ceux qui avaient déjà pris leurs distances" vis-à-vis de LR. "Ça n'est pas en quittant le navire que l'on peut le mieux servir notre pays," répond Daniel Fasquelle a ses anciens alliés. Les signataires de la tribune justifient en effet leur ralliement à Emmanuel Macron par "la réussite impérative de la France" qui passe selon eux par "la réussite du président de la République".

On sera plus efficaces pour le succès du pays dans une opposition constructive qui obligera M. Macron à bouger sur un certain nombre de points, plutôt qu'à être un armée de "béni oui-oui" que souhaite finalement le gouvernementDaniel Fasquelle, député LR

Daniel Fasquelle trouve "étrange" que ces élus, "dont certains voulaient le départ de Laurent Wauquiez", partent alors que le président du parti a à peine démissionné. L'élu admet cependant que son parti doit se "remettre profondément en cause" après la sévère défaite aux européennes. "On s'est coupé des jeunes, des milieux populaires, ce n'est absolument pas normal, a-t-il reconnu. Daniel Fasquelle a également assuré que ne pas avoir abordé le thème de l'écologie pendant la campagne avait été "une erreur".

Vous êtes à nouveau en ligne