Thierry Solère a reçu sa "convocation d'exclusion" des Républicains

Thierry Solère, le 4 juillet 2017 à l\'Assemblée nationale.
Thierry Solère, le 4 juillet 2017 à l'Assemblée nationale. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le bureau politique de LR doit se pencher lundi sur l'exclusion des "constructifs".

Thierry Solère pourrait bientôt être exclu des Républicains. Le parti a en tout cas lancé formellement la procédure en ce sens. "J'ai reçu ma convocation d'exclusion par courrier, comme Edouard Philippe [Premier ministre], Gérald Darmanin [ministre des Comptes publics], Franck Riester [député] et Sébastien Lecornu [secrétaire d'Etat]. Je ne sais pas si je m'y rendrai", indique-t-il dimanche 9 juillet dans une interview au Parisien.

"On me reproche quoi ? D'avoir fait un groupe parlementaire distinct des Républicains ?", s'interroge l'initiateur du groupe "constructif" LR-UDI à l'Assemblée. "Eh bien, si c'est cela, je dis à messieurs Accoyer, Wauquiez et Ciotti qu'ils étaient tous les trois membres du groupe R-UMP, qui avait scindé un temps le groupe UMP à l'Assemblée nationale lors de la précédente législature. Ils n'ont pas été exclus pour autant à l'époque".

"Une ligne identitaire face à une ligne européenne"

Le parti Les Républicains doit tenir lundi un bureau politique, au cours duquel l'exclusion des "constructifs" sera au menu. Malgré sa possible exclusion, le député des Hauts-de-Seine ne s'avoue pas vaincu au sein de son parti. "Ce qui m'intéresse, c'est la question de la ligne, qui doit être tranchée par les militants et non par le bureau politique. Il y a aujourd'hui deux lignes : une identitaire qui frise souvent le populisme et, en face, une ligne européenne, constructive à l'endroit de ce gouvernement, qui cherchera en permanence l'intérêt général", affirme-t-il, restant évasif sur la possibilité ou non de briguer la présidence de LR.

Vivement critiqué pour s'être fait élire comme questeur sur un poste réservé à l'opposition, Thierry Solère assume le fait de s'être porté candidat : "J'ai proposé ma candidature pour que cette questure soit ouverte à l'ensemble des groupes minoritaires de l'Assemblée nationale, et pas seulement confisquée par un seul groupe, celui de LR. Où est le problème ?"

Vous êtes à nouveau en ligne