Thierry Solère, organisateur de la primaire à droite, visé par une plainte pour fraude fiscale

Le député Les Républicains des Hauts-de-Seine Thierry Solère, le 23 mars 2016 à Paris.
Le député Les Républicains des Hauts-de-Seine Thierry Solère, le 23 mars 2016 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le député des Hauts-de-Seine récuse toute irrégularité et se dit victime du "cabinet noir de l'Elysée".

Thierry Solère a-t-il essayé de se soustraire au fisc ? Dans un article publié vendredi 2 septembre, Mediapart révèle que le député des Hauts-de-Seine, désigné par Nicolas Sarkozy pour organiser la primaire à droite, est visé par une plainte pour fraude fiscale déposée par Bercy.

La procédure, indique Mediapart, a été autorisée par la Commission des infractions fiscales (CIF), une autorité administrative indépendante qui doit se prononcer dans ce genre de dossier. Elle est normalement saisie des dossiers d'individus soupçonnés de s'être soustraits frauduleusement à l'impôt. Elle avait ainsi été alertée en 2015 de la situation de Thomas Thévenoud, ministre éphémère qui avait reconnu ne pas avoir déclaré ses revenus pendant plusieurs années, rappelle le site internet. 

"La volonté est manifeste de me nuire"

On ignore encore ce qui est précisément reproché au député, soutien de Bruno Le Maire. Mais, selon Mediapart, la plainte de Bercy viserait plutôt des faits remontant à plusieurs années.

Thierry Solère, qui n'a pas répondu aux multiples sollicitations de Mediapart, a fini par réagir dans un texte envoyé au Scan du Figaro. Il assure n'avoir "commis aucun délit fiscal" et être "parfaitement à jour de tous ses impôts". Il se dit également "stupéfait" et accuse le "cabinet noir de l'Elysée" d'être à la manœuvre derrière cette plainte. "La volonté est manifeste de me nuire et d'entacher le bon déroulement de la primaire", ajoute-t-il.