Primaire à droite : François Fillon arrive largement en tête du premier tour à la surprise générale

François Fillon a voté à Paris pour le premier tour de la primaire à droite, le 20 novembre 2016.
François Fillon a voté à Paris pour le premier tour de la primaire à droite, le 20 novembre 2016. (MARTIN BUREAU / AFP)

L'ancien Premier ministre a fait mentir tous les sondages en récoltant plus de 40% des voix, dimanche.

François Fillon a réussi son pari. L'ancien Premier ministre s'est qualifié pour le second tour de la primaire à droite, avec 44,1% des voix (selon les résultats partiels de 89,3% des bureaux de vote). Jouant la carte du sérieux, le député de Paris est parvenu à remonter, semaine après semaine, dans les intentions de vote pour finalement s'imposer avec éclat.  

>> Retrouvez les résultats de la primaire à droite dans notre direct

Son score

La surprise François Fillon s'est donc confirmée. Avec plus de 40% des voix, l'ancien Premier ministre a fait fort : faire mentir les enquêtes d'opinion qui, durant la majeure partie de la campagne, ne le voyaient pas qualifié au second tour. Il avait marqué des points lors de "L'Emission politique" sur France 2, le 27 octobre, en reprochant aux instituts de sondage de décider à l'avance du match Juppé-Sarkozy : "C'est quand même bizarre, vous avez déjà décidé avant même d'avoir dépouillé le premier tour que le deuxième tour était joué", avait-il lancé.

Ce que disaient les sondages

Après avoir stagné pendant plusieurs mois dans les sondages du premier tour autour de 10%, François Fillon a vu sa courbe décoller dans les derniers jours de la campagne. Avec 25% ou plus, certains instituts ont même placé l'ancien Premier ministre dans les deux premières places. La dynamique dans les sondages s'est donc confirmée dans les urnes. 

Comment il aborde le second tour

L'ancien Premier ministre est passé du statut de troisième homme à celui de favori de cette élection. Peu de sondages ont testé l'hypothèse François Fillon au second tour donc la compétition s'annonce très ouverte. Vu l'animosité développée à l'encontre d'Alain Juppé dans le camp de Nicolas Sarkozy, François Fillon a logiquement bénéficié sur le soutien de l'ancien chef de l'Etat, pourtant très critique à son égard durant la campagne. "Quels que soient mes désaccords passés avec lui, François Fillon me paraît avoir le mieux compris les défis qui se posent à la France", a-t-il lancé dimanche soir.

François Fillon peut aussi compter sur le soutien de Bruno Le Maire, mais Nathalie Kosciusko-Morizet a en revanche, sans surpise, décidé de rallier Alain Juppé pour le second tour. Jean-Frédéric Poisson et Jean-François Copé réservent pour l'instant leur décision.

Vous êtes à nouveau en ligne