Primaire à droite : des électeurs se découvrent absents des listes dans les bureaux de vote

Un bureau de vote de la primaire à droite à Cannes (Alpes-Maritimes), le 20 novembre 2016.
Un bureau de vote de la primaire à droite à Cannes (Alpes-Maritimes), le 20 novembre 2016. (MAXPPP)

La Haute Autorité de la primaire recommande d'ajouter aux listes les personnes désireuses de voter, après avoir vérifié leur carte d'électeur.

Avec au moins 1,13 million d'électeurs à midi, la participation au premier tour de la primaire à droite, dimanche 20 novembre, s'annonce importante. Mais certains électeurs enthousiastes ont eu une mauvaise surprise, en découvrant qu'ils n'apparaissaient pas sur la liste du bureau de vote qui leur était attribué. Certains ont pu voter, d'autres sont repartis découragés. La Haute Autorité de la primaire, elle, assure que le problème est marginal.

Des électeurs partis sans voter

Dans les commentaires reçus par franceinfo, dimanche à la mi-journée, plusieurs personnes signalaient des problèmes similaires. "Bien qu'inscrite sur les listes électorales, carte électorale à l'appui... eh bien je ne suis pas inscrite sur les listes adressées aux bureaux de vote", explique une électrice de Saint-Malo, à qui on a recommandé de s'adresser à la mairie, le lendemain. "Il y avait, à 13 heures, au moins cinq personnes dans mon cas." A Corenc, dans l'Isère, un commentateur, qui assure être inscrit depuis plus de vingt ans sur les listes électorales, explique avoir été le 37e électeur refoulé, sur 500 habitants. 

Face à ce problème, tous les bureaux de vote n'ont pas la même solution. Présent dans un bureau du centre de Lyon, Benoît Gadrey, journaliste de France 2, explique avoir vu 9 des 44 premiers électeurs refoulés. Sur les conseils de la Haute Autorité, le président du bureau a donc décidé de rajouter sur les listes les électeurs en mesure de prouver leur rattachement au bureau de vote avec leur carte d'électeur. Une technique constatée par d'autres journalistes et certains de nos commentateurs.

Contactée par franceinfo, la Haute Autorité confirme qu'elle recommande bien aux bureaux de vote de rajouter les électeurs absents sur les listes, après avoir vérifié leur carte d'électeur. Mais elle se dit confiante sur le fait qu'il n'y ait "pas tant que ça" d'électeurs absents des listes. Et s'étonne, notamment, que trois bureaux contactés par le journaliste de France 2 dans l'agglomération lyonnaise aient tous rencontré des problèmes : "Peut-être que la préfecture du Rhône nous a remonté une liste pas à jour."

"Une erreur de saisie est toujours possible"

En effet, pour constituer ces listes, le prestataire auquel la Haute Autorité a fait appel a récupéré les listes électorales auprès de chaque préfecture. Un processus qui s'est "très bien passé", assure l'organisation. "Une erreur humaine, de saisie, est toujours possible", avance donc la Haute Autorité pour expliquer les absences, déplorant qu'il n'existe pas de liste électorale nationale et en ligne.

Autre explication suggérée : que certains de ces électeurs déçus aient récemment déménagé et se soient inscrits sur les listes après le 31 décembre dernier. Mais, à en croire les témoignages, le problème n'épargne pas les inscrits de longue date. 

Il est difficile d'évaluer l'ampleur de ces couacs qui auront frustré certains électeurs, tout comme leur impact sur le résultat de la primaire. Mais ces défaillances pourraient faire polémique si le scrutin s'avère particulièrement serré, comme il l'avait été en 2012, pour l'élection très contestée du président de l'UMP. Samedi, sur France 2, le président de la commission d'organisation, Thierry Solère, a assuré que "tout avait été fait" pour éviter un "drame" similaire.