Le Maire sur un rapprochement avec Macron : "Non à ce mélange des genres systématique"

Bruno Le Maire en meeting le 24 août 2016 à Aigues-Mortes
Bruno Le Maire en meeting le 24 août 2016 à Aigues-Mortes (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite et du centre, a écarté toute éventualité de rapprochement avec Emmanuel Macron, et défend un "projet clair" et "des propositions tranchées".

Bruno Le Maire, ancien ministre de l'Agriculture et candidat à la primaire de la droite et du centre, a affirmé vendredi sur France Bleu Champagne Ardenne vouloir faire de la crise agricole sa "première priorité européenne" s'il est élu président de la République. Il a promis de "simplifier les normes, d'alléger les règles, de continuer à baisser les charges et de mettre en place au niveau européen une régulation des marchés."

Bruno Le Maire, qui se rend vendredi à la foire de Châlons-en-Champagne, au lendemain du passage de François Fillon et d'Emmanuel Macron, a par ailleurs refusé toute possibilité de rapprochement avec l'ancien ministre de l'Economie. "Non à ce mélange des genres systématique. La gauche, la droite, on est tous copains, on fait des choses ensemble... non ! Moi je crois à un projet clair, avec des propositions tranchées pour que les Français sachent où on veut emmener le pays", a expliqué Bruno Le Maire.

Le député de l'Eure, qui entend incarner le renouvellement politique, a rappelé qu'il souhaitait "commencer par changer la classe politique avant de demander un seul effort [aux Français]." Bruno Le Maire veut notamment limiter le nombre de députés, de sénateurs, ou encore limiter le nombre de mandats politiques dans le temps et pousser les hauts-fonctionnaires élus à démissionner de la Fonction publique.

"Les Français attendent cette nouvelle classe politique que je veux incarner et je suis persuadé qu'au-delà des commentaires, du duel annoncé entre les uns et les autres, ils imposeront une autre voie", a assuré Bruno Le Maire, qui, selon les derniers sondages, se place en troisième position, assez loin derrière Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.