EN IMAGES. Ciotti, Darmanin, Lellouche... Comment les néo-sarkozystes ont retourné leur veste

Parmi les personnalités qui affichent aujourd'hui leur soutien envers Nicolas Sarkozy, plusieurs élus ne l'ont pas épargné de critiques il y a quelques temps. 

A trois mois de la primaire de la droiteNicolas Sarkozy a mis fin au non-suspense. Le 22 août, l'ancien président a officialisé sa candidature, face à François Fillon, Alain Juppé, Jean-Frédéric Poisson, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Henri Guaino, Frédéric Lefebvre, Nathalie Kosciusko-Morizet, Nadine Morano, Hervé Mariton, Jaques Myard et Geoffroy Didier, tous aspirants candidats d'ici au dépôt définitif des listes, le 9 septembre. 

Dès mardi, l'ancien président, battu par François Hollande en 2012, a rassemblé ses soutiens. Parmi eux figurent des fidèles de toujours, mais aussi quelques personnalités jadis critiques envers l'ex-chef de l'Etat. Voici ce qu'ils disaient avant de rallier Nicolas Sarkozy...

17
Cité par Le Canard enchainé, Laurent Wauquiez estimait en mars 2015 que le président du parti n'avait "plus rien à voir avec le Sarko de 2012", rapportait Europe 1. En soutenant finalement Nicolas Sarkozy, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes s'est finalement assuré sa succession à la tête du parti Les Républicains.  MAXPPP
27
Avant de rallier Nicolas Sarkozy, Eric Ciotti a longtemps accordé sa confiance à François Fillon. Exemple avec cette déclaration dans un entretien à Valeurs Actuelles, en juillet 2014. MAXPPP
37
Pendant les régionales, Christian Estrosi avait refusé de se soumettre au "ni-ni" (ni-FN ni PS) prôné par Nicolas Sarkozy, estimant notamment qu'aller trop à droite faisait monter le parti frontiste. Et avant cela, l'ancien ministre ne s'était pas privé de critiquer publiquement l'ancien chef de l'Etat, comme dans Nice-Matin en juin 2014.  MAXPPP
47
En 2009, François Baroin confiait au Monde tout le mal qu'il pensait du débat sur l'identité nationale lancée par le président d'alors. Chiraquien, il s'est mainte fois opposé à Nicolas Sarkozy sur des questions comme la laïcité, sur laquelle le maire de Troyes se veut plus modéré.  JACQUES DEMARTHON / AFP
57
Avant d'apporter son soutien à Nicolas Sarkozy, le député de Paris Pierre Lellouche figurait sur la liste des parlementaires soutenant l'ex-Premier ministre François Fillon. Un revirement étonnant pour celui qui, en novembre 2015, assurait sur Franceinfo ne pas croire en la victoire en 2017 de l'ancien président. MAXPPP
67
Supporter de Xavier Bertrand, Gérald Darmanin a été le directeur de campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP en 2014. Mais début janvier 2016, le député-maire de Tourcoing claquait la porte de la direction du parti, exprimant dans Le Parisien son désaccord "avec l'orientation que Nicolas Sarkozy semble prendre". PHILIPPE HUGUEN / AFP
77
Si Christian Jacob a toujours été un fidèle de Nicolas Sarkozy, il a longtemps, dans le passé, accordé son soutien à Jean-François Copé. Alors que celui-ci souhaite obtenir les parrainages nécessaires pour se présenter à la primaire, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée a finalement décidé de suivre Nicolas Sarkozy, contredisant cette déclaration de novembre 2010.  CITIZENSIDE/DENIS PREZAT