"Nous ne partageons pas la même vision de la société" : parmi les Républicains, le choix de François-Xavier Bellamy critiqué

François-Xavier Bellamy pose à Paris, le 28 janvier 2019.
François-Xavier Bellamy pose à Paris, le 28 janvier 2019. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La commission nationale d'investiture des Républicains a approuvé le choix de Laurent Wauquiez.

Un nom qui ne fait pas l'unanimité. La commission nationale d'investiture des Républicains a approuvé mardi 29 janvier un "trio" proposé par Laurent Wauquiez pour mener la campagne pour les européennes. Il est formé de François-Xavier Bellamy, adjoint au maire de Versailles, de la vice-présidente de la région Ile-de-France Agnès Evren et de l'eurodéputé sortant Arnaud Danjean. Mais au sein du parti Les Républicains, le nom de François-Xavier Bellamy, conservateur opposé au mariage des couples homosexuels et à l'IVG, est vivement critiqué.

"Je ne peux pas dire" que ce choix "me satisfasse", a déclaré Christian Estrosi, maire LR de Nice, sur franceinfo. C'est "quelqu'un d'extrêmement conservateur, quelqu'un qui a des positions que je ne partage pas du tout sur l'IVG, le mariage pour tous, la PMA. Est-ce que tout cela peut être rééquilibré par des gens plus ouverts ?" s'interroge-t-il, donnant comme exemple "Rachida Dati qui est une personnalité qui mérite de rééquilibrer les choses".

"François-Xavier Bellamy n'était pas mon choix, je l'ai dit depuis plusieurs semaines, nous ne partageons pas les mêmes conceptions, pas la même vision de la société", renchérit Gérard Larcher sur France 2. Selon le président du Sénat, l'homme "ne cochait pas et ne coche toujours pas toutes les cases pour être une tête de liste qui rassemble une famille politique qui est diverse".

"Je ne vais pas m’excuser d'être qui je suis"

Le principal intéressé s'est défendu, invité sur le plateau de LCI. "C’est normal que chacun puisse exprimer ses sentiments, a-t-il répondu. J'étais moi-même très surpris d'être désigné. Je dois faire mes preuves. Mais je ne vais pas m’excuser d'être qui je suis."

J’assume mes positions passées. Je ne compte pas passer cette campagne à me justifier sur des positions que j’ai pu prendre.François-Xavier Bellamysur LCI

Vous êtes à nouveau en ligne