Les sympathisants de droite face à la tentation Macron

FRANCE 2

François Baroin a fait savoir qu’une part marginale d’élus des Républicains était tentée de rejoindre Emmanuel Macron. Reportage à Nice où Christian Estrosi a annoncé mardi sa démission de la présidence de la région PACA.

Dimanche, Nice a placé Emmanuel Macron en tête dans les urnes avec 60% des suffrages. Certains de ceux qui avaient voté pour François Fillon au premier tour de la présidentielle sont donc tentés de faire confiance au nouveau président de la République. "On doit marcher avec le nouveau président même si on est de droite", confie une passante. "Il faut lui donner sa chance, il a quand même un bon programme", témoigne une autre. Mais tous ne sont pas de cet avis. "Il faut rester ce que l’on est. Les électeurs de droite veulent un programme de droite. Monsieur Macron est au centre", explique un habitant.

La décision d’Estrosi soutenue

Chez les militants, en revanche, les avis sont plus tranchés. Hier soir, ils ont, pour la plupart, salué la décision de Christian Estrosi de ne pas rejoindre le futur gouvernement. "Ca n’était pas ma tendance d’aller chez monsieur Macron, et je me rends compte qu’il reste dans sa famille politique ici à Nice, donc c’est un grand bonheur pour moi", témoigne un passant. "Ce n’est pas un gouvernement de droite, c’est un gouvernement de gauche, il n’y a pas sa place", affirme un autre. Si la brise de l’union nationale tente de souffler sur la ville de Nice, on est encore bien loin de la tempête, tant les sympathisants et les militants des Républicains semblent attachés à leur parti.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne