Pierre Lellouche, député LR, quitte la vie politique et rend sa carte dégoûté par "l'hystérie de la secte" Fillon

Pierre Lellouche, 3 juin 2014, à l\'Assemblée nationale à Paris. (Photo d\'illustration)
Pierre Lellouche, 3 juin 2014, à l'Assemblée nationale à Paris. (Photo d'illustration) (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Pierre Lellouche, député Les Républicains de Paris, a annoncé, mercredi dans une lettre, son retrait de la vie politique non sans faire part de ses divergences quant aux soutiens apportés par son parti à Emmanuel Macron.

À 66 ans, Pierre Lellouche, député Les Républicains, quitte la vie politique et laisse la place "à la génération suivante" annonce l'ancien secrétaire d'État dans une lettre publiée, dans la soirée du mercredi 26 avril. "Après 24 années de mandat à l'assemblée nationale", Pierre Lellouche veut acter son "besoin de renouvellement". 

Dans cette lettre, Pierre Lellouche tacle le candidat Emmanuel Macron considérant que le "jeunisme n'est pas en soi le remède magique aux défis considérables que connaît notre pays". Cependant, sa "percée fulgurante confirme clairement une aspiration à changer en profondeur notre classe politique". Une aspiration qui, selon Pierre Lellouche, participe à "l'effondrement des partis dits de gouvernement".

Pierre Lellouche a fait les comptes. Républicains et Socialistes représentent "à peine plus du quart des suffrages exprimés" après ce premier tour de l'élection présidentielle.

Ce changement vient sanctionner des décennies "d'échecs et d'immobilisme". Pierre Lellouche assume avoir une "part de responsabilité dans l'échec collectif de ma génération". Il est donc temps "de quitter la scène" après cette campagne électorale qu'il a vécu comme étant "une épreuve épouvantable".

[François Fillon] a tenu à toute force à aller jusqu'au bout du suicide personnel et collectifPierre Lellouche
député LR de Paris
dans une lettre publiée sur son blog

Pierre Lellouche égratigne aussi son candidat François Fillon. Le candidat, vainqueur de la primaire de la droite et du centre, s'est maintenu "jusqu'au bout du suicide personnel et collectif". Résultat, "ma famille politique en est réduite à appeler à voter Emmanuel Macron". Une posture que Pierre Lellouche qualifie d'"incohérente" mais aussi de "périlleuse". Il estime que si on va au bout de la démarche, autant "retirer tous nos candidats en faveurs des siens" et à ce moment-là, le FN deviendrait "la seule force d'opposition".

Pierre Lellouche considère qu'il n'a plus rien à faire en politique "tant parmi les Républicains qu'à l'Assemblée nationale", cela n'a "plus de sens". "Je rendrai donc ma carte aux Républicains, comme je rendrai mon investiture dans la 1re circonscription de Paris", ajoute Pierre Lellouche qui veut devenir "simplement un citoyen engagé".