VIDEO. Reconstruction de la droite : "Le départ de Laurent Wauquiez ne règle pas tout"

franceinfo

La droite traverse une "crise profonde", a affirmé mardi Aurélien Pradié, député Les Républicains du Lot.

"Je pense qu'il faut tout reconstruire, qu'il faut avoir à la fois la responsabilité et l'humilité de le dire", a déclaré mardi 4 juin sur franceinfo Aurélien Pradié, député Les Républicains (LR) du Lot. Avec dix autres députés LR, dont c'est aussi le premier mandat à l'Assemblée nationale, Aurélien Pradié a co-écrit jeudi 30 mai une tribune dans laquelle il réclame le renouvellement en profondeur du parti après la débâcle de la droite aux élections européennes. "La crise que la droite traverse, la famille politique à laquelle j'appartiens, est une crise profonde, a justifié le député. Le départ de Laurent Wauquiez ne règle pas tout."

Pradié, la droite doit "reparler" aux Français. "Le chemin est immense, a-t-il reconnu. Il faut faire preuve de beaucoup d'humilité. Je n'ai pas les solutions clés. Ce que je sais, c'est qu'il faut s'occuper de sujets dont nous ne parlons plus. Par exemple, depuis deux ans, je travaille sur le handicap à l'Assemblée nationale. La droite a quelque chose à dire sur le handicap qui est différent de la Macronie et de Marine Le Pen qui ne s'intéresse pas à ce sujet-là."

Une "troisième voie" entre Macron et Le Pen

Aurélien Pradié a expliqué qu'il n'adhèrait pas au projet de société proposé par Emmanuel Macron. "Voilà deux ans que je mesure à quel point ce projet de société, que je trouve injuste et fataliste, n'est pas le mien, a-t-il déclaré. Celui porté par Marine Le Pen n'est pas le mien non plus, ce projet chaotique de société (...) Je pense qu'il y a une troisième voie. Il y a un nouveau chemin qui peut s'ouvrir pour la droite." Pour Aurélien Pradié, la formation politique d'Emmanuel Macron a effacé les "convictions" en politique. "C'est dramatique non seulement pour la droite et la gauche, mais pour notre démocratie et pour la vie politique", a-t-il constaté. "Je trouve la vie politique terriblement emmerdante depuis plusieurs mois. Je pense que les convictions et les idées politiques ont disparu de la circulation", regrette encore Aurélien Pradié.

"Je suis fier de pouvoir contribuer à la reconstruction parce que j'y crois vraiment, a affirmé le parlementaire. "Mon opposition n'est pas mécanique, elle est une opposition à un projet de société porté par Emmanuel Macron et Marine Le Pen auquel je n'adhère pas une seule seconde. Je plains aujourd'hui ceux qui n'ont pas de convictions. Je suis heureux de pouvoir contribuer à la reconstruction des convictions politiques", a-t-il dit.

Vous êtes à nouveau en ligne