Rentrée politique des Républicains : Valérie Pécresse a "allumé le compte à rebours pour la présidentielle de 2022"

Valérie Pécresse, présidente Les Républicains de la région Île-de-France, ici en juin 2018. 
Valérie Pécresse, présidente Les Républicains de la région Île-de-France, ici en juin 2018.  (LP/OLIVIER ARANDEL / MAXPPP)

La présidente Les Républicains de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, fait sa rentrée deux jours avant le responsable de son parti, Laurent Wauquiez.

Valérie Pécresse a "déjà allumé le compte à rebours pour la présidentielle de 2022", a estimé sur franceinfo vendredi 24 août Jean Petaux, politologue et professeur à Sciences Po Bordeaux. La présidente Les Républicains de la région Île-de-France a en effet devancé le responsable du parti, Laurent Wauquiez, en faisant la rentrée de son mouvement Libres! vendredi à Brive-la-Gaillarde (Corrèze). Deux jours avant Laurent Wauquiez qui fera lui sa rentrée dimanche en Haute-Loire. "La fragmentation est loin d'être terminée", affirme Jean Petaux.

franceinfo : Deux rentrées politiques de la droite à trois jours et 300 km d'intervalle, ça n'envoie pas franchement un signal d'unité. La droite va-t-elle rester durablement divisée ?

Jean Petaux : À ces deux rendez-vous, on pourrait rajouter, comme si la barque n'était pas assez pleine, la rencontre organisée par le président du groupe LR au Sénat Bruno Retailleau à La Baule d'ici quelques jours. Il a en quelque sorte pris la suite du micro-parti qui avait été créé par François Fillon. On peut également citer, même si ce n'est plus la droite au sens de droite partisane, les vendanges de Bordeaux qu'Alain Juppé organise aussi avec quelques amis à lui, anciens de l'UMP, dans quelques jours. Pour reprendre le mot d'Édouard Philippe à une époque, la poutre de l'édifice de la droite bouge encore, consécutivement au choc survenu au soir du premier tour de la présidentielle d'avril 2017, avec l'élimination de François Fillon et les législatives catastrophiques qui s'en sont suivies. La fragmentation est loin d'être terminée. Valérie Pécresse est dans les starting-blocks et, au-delà de ça, elle a même déjà allumé le compte à rebours pour la présidentielle de 2022.

On a vraiment l'impression qu'il y a désormais deux courants irréconciliables au sein de LR. Est-ce réellement le cas ?

Valérie Pécresse n'a pas manqué de souligner que la tentative de Laurent Wauquiez l'an dernier de faire un ticket avec Virginie Calmels, qui représentait une fraction de droite moins dure que celle de Wauquiez, a explosé en vol. L'unité qui était affichée, en tout cas prétendue et revendiquée par Laurent Wauquiez, n'a pas fonctionné et elle ne fonctionne pas parce que Laurent Wauquiez incarne une ligne trop à droite, presque trop proche des positions du Front national.

Est-ce qu'on va nécessairement vers une clarification, notamment lors des élections européennes pour lesquelles on parle beaucoup de l'euroscepticisme de Laurent Wauquiez ?

Cette clarification ne peut intervenir que si ceux qui vont la rechercher ont l'idée ou la perspective d'en tirer profit. François Mitterrand affectionnait cette phrase, attribuée au Cardinal de Rey : "On ne sort de l'ambiguïté qu'à ses propres dépens." Il est peut-être envisagé dans l'entourage de Valérie Pécresse qu'il est trop tôt en 2019 pour provoquer un clash avec Laurent Wauquiez, sauf si les résultats des élections européennes sont catastrophiques pour lui parce que la preuve aura été faite par ce mauvais score que la ligne qu'il incarne n'est pas une ligne d'avenir.

Vous êtes à nouveau en ligne