Rentrée politique à droite : "ceux qui veulent être sur le banc de touche, on n'en a pas besoin" estime Nadine Morano

Laurent Wauquiez, le président des Républicains, le 26 août 2018 au Mont-Mézenc
Laurent Wauquiez, le président des Républicains, le 26 août 2018 au Mont-Mézenc (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Laurent Wauquiez a fait sa rentrée, entouré par une large partie de sa famille politique. Il s'en prend aux annonces budgétaires du gouvernement et à l'immigration. 

Un peu moins de 1 500 personnes se sont rassemblées dimanche 26 août au Mont Mézenc, en Haute-Loire, sur invitation de Laurent Wauquiez. Le patron du parti les Républicains a fait sa rentrée politique, critiquant tour à tour la politique migratoire de la France et les annonces du Premier ministre Edouard Philippe sur le budget 2019.

Laurent Wauquiez est arrivée en famille au Mont-Mezenc : une belle image pour les médias, un cadre bucolique et un président de parti en bras de chemise pour montrer qu'il se retrousse les manches, qu’il veut éviter les polémiques et rassembler sa famille politique. 

Une grande partie de la famille LR rassemblée autour de son patron

Autour de lui, il y a Annie Genevard. "C'est un grand moment, estime la secrétaire générale du mouvement. C'est la rentrée politique de la famille de droite, une très large partie de la famille. Tout ceux qui veulent être présents sont là, pour manifester que la droite a toute sa place, qu'elle est conquérante." 

Et c’est vrai qu’il y avait du monde autour du président des Républicains. Le député du Touquet Daniel Fasquelle constate que "la plupart des représentants du mouvement au niveau national sont là. J'ai vu Jean Leonetti et Annie Genevard, donc le vice-président délégué et la secrétaire générale. Je suis moi-même présent en tant que trésorier national, poursuit-il. Mais il y a également les porte-paroles du mouvement, beaucoup de jeunes députés".

La vraie rentrée de la droite se fait au Mont-Mezenc autour de Laurent Wauquiez Daniel Fasquelle, député du Pas-de-Calaisà franceinfo

Un message à destination de Valérie Pécresse et de sa rentrée en solitaire, traduit à sa manière par Nadine Morano, pour que les choses soient plus claires. "Intéressez-vous à des choses qui préoccupent les Français plutôt qu'à Valérie Pécresse qui a rassemblé 300 personnes, ce que je réussis à réunir moi dans une réunion cantonale. Avant de poursuivre : la guerre des ego c'est terminé, il faut que chacun pense à la France avant de penser à sa petite personne. Chez les LR, on veut un combat collectif."

Ceux qui veulent être sur le banc de touche et faire leur tête d'aigris, on n'en a pas besoinNadine Moranoà franceinfo

Laurent Wauquiez aussi s’est montré offensif, mais il a gardé ses flèches pour Emmanuel Macron et la politique du gouvernement, dans une discours de 45 minutes environ. De l’opposition plutôt que des propositions, une attaque en règle du président, de ses leçons de morale et de la politique gouvernementale. 

"Un an après l'élection d'Emmanuel Macron, la France ne va pas mieux, entame à la tribune Laurent Wauquiez. Les Français ne vivent pas mieux. le pouvoir d'achat n'a pas progressé, l'insécurité n'a pas reculé, la bureaucratie n'a pas été réduite, l'immigration massive n'a pas été arrêtée et l'islamisme n'a pas été endigué."

Un an après, la France ne va pas mieux. Il est temps de lui dire que les Français n'en peuvent plus.Laurent Wauquiez

Emmanuel Macron n’a rien compris, n’a rien entendu. Il refait la même erreur, il est temps de lui dire que les Français sont en colère, a martelé l’ancien maire du Puy-en-Velay. "Au lieu d'assumer enfin des économies courageuses sur le train de vie de l'État, on vient de nous annoncer que c'est encore dans les poches des classes moyennes que l'on va chercher les efforts, poursuit Laurent Wauquiez.

Les annonces budgétaires dans le viseur de Laurent Wauquiez

Il s'en prend aux mesures d'économie annoncées par Edouard Philippe pour le budget 2019, "les retraites et la politique familiale ne seront plus revalorisées en fonction de l'inflation. C'est injuste. Ce que j'attends du gouvernement, c'est que eux fasse des économies, au lieu d'en demander une fois de plus aux Français. Emmanuel Macron n'a rien compris. Rendez l'argent aux Français !" 

Dans la dernière partie de son discours enfin, Laurent Wauquiez a évoqué les prochaines écheances électorales, les européennes l’année prochaine et le thème sur lequel il souhaite faire campagne. Ce sera la refonte en Europe de la politique migratoire, ce qui a grandement ravi son auditoire.

Vous êtes à nouveau en ligne