Pécresse, Sarkozy, Juppé... Comment ils ripostent aux attaques de Laurent Wauquiez

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, le 30 janvier 2018 à Paris.
La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, le 30 janvier 2018 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

Les propos tenus par le patron des Républiques révélés dans l'émission "Quotidien" ont provoqué des remous au sein de la classe politique. Et notamment dans le parti présidé par Laurent Wauquiez.

Les propos tenus par Laurent Wauquiez devant des étudiants de Lyon continuent de faire un tollé. Depuis que l'émission "Quotidien" a révélé des enregistrements du cours donné à des étudiants lyonnais par le chef de file des Républicains, la classe politique réagit. Et les personnes mises en cause, notamment au sein de LR, continuent de répondre au président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, jeudi 22 février. Franceinfo détaille leurs ripostes.

>> Tout ce que Laurent Wauquiez a dit aux étudiants de l'EM Lyon

Valérie Pécresse

Ce qu'a dit Laurent Wauquiez. "Le nombre de conneries qu'elle peut faire", a-t-il lancé, étonné d'apprendre qu'une élève sortie de prépas littéraires avait passé les concours pour les écoles de commerce. Un parcours rendu possible grâce à  une initiative prise par Valérie Pécresse lorsqu'elle était ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Ce que répond Valérie Pécresse. Longtemps silencieuse, la présidente de la région Ile-de-France n'a réagi que jeudi au micro de RTL. Et elle n'a pas retenu ses coups. "Consternée" par les propos du président de sa formation qui "divisent et affaiblissent la droite", Valérie Pécresse a défendu une réforme dont elle s'est dite "fière", considérant qu'il s'agissait d'un "marqueur fort" du quinquennat Sarkozy. Avant d'attaquer directement Laurent Wauquiez sur son bilan de ministre.

J'aimerais bien moi aussi faire de l'humour sur les réformes faites par Laurent Wauquiez au gouvernement. Mais malheureusement, j'ai bien cherché, je n'en ai pas trouvé !Valérie Pécressesur RTL

A la "droite des décibels" menée selon elle par Laurent Wauquiez, elle a opposé celle "de la crédibilité" qu'elle incarnerait par son courant Soyons Libres !.

Alain Juppé

Ce qu'a dit Laurent Wauquiez. "A Bordeaux, il a fait des miracles (...) mais il a fait exploser les impôts et il a fait exploser la dépense publique, et il a fait exploser l'endettement", a-t-il jugé.

Ce que répond Alain Juppé. Le maire de Bordeaux, qui avait annoncé en janvier sa volonté de "prendre du recul" des Républicains, n'a pas réagi publiquement aux accusations de Laurent Wauquiez. Mais selon Le Parisien, son sang n'a fait qu'un tour lorsqu'il a découvert les propos du président de LR. "Mais quel con !", aurait-il lâché, selon des propos rapportés par le quotidien.

"Il y a des moments où partir, c’est déserter. Et il y a des moments où rester, c’est cautionner", a de son côté tweeté Gilles Boyer, proche parmi les proches de l'ancien candidat à la primaire de la droite. Quant à Virginie Calmels, numéro 2 de Laurent Wauquiez au sein du parti et première adjointe du maire de Bordeaux, elle a publié une maxime sur le réseau social qui en dit long sur son état d'esprit.

Nicolas Sarkozy

Ce qu'a dit Laurent Wauquiez. "[Nicolas Sarkozy] contrôlait les téléphones portables de ceux qui rentraient en Conseil des ministres. Il les mettait sur écoute pour pomper tous les mails, tous les textos", a affirmé le président des Républicains. Des propos qu'il a indiqué regretter sur BFMTV, ajoutant avoir "présenté [ses] excuses" à Nicolas Sarkozy.

Ce que répond Nicolas Sarkozy. L'entourage de l'ancien chef de l'Etat a "formellement" démenti le récit de Laurent Wauquiez, évoquant une "grotesque histoire". Ses proches ont également assuré que Nicolas Sarkozy avait "pris note" des excuses formulées par le patron de LR. Mais selon Le Canard enchaîné, Nicolas Sarkozy a été bien plus virulent. "Je l'ai pulvérisé. Il m'a présenté ses excuses, il était piteux. Ensuite, je ne l'ai pas laissé en placer une", aurait-il indiqué à ses proches.

Beaucoup de monde me disait que tu n'étais qu'une grosse merde. Aujourd'hui, je n'ai d'autre choix que de penser comme eux.Nicolas Sarkozyselon "Le Canard enchaîné"

"Il paraît que tu as des ambitions présidentielles. Si j'étais toi, je trouverais un autre métier", aurait encore dit l'ex-président selon l'hebdomadaire.

Emmanuel Macron

Ce qu'a dit Laurent Wauquiez. Il a notamment accusé le chef de l'Etat d'avoir copié son style : "Le président de la République actuel, Macron, lui pour faire cool, il fait comme moi. Il se met en chemise. Bras de chemise. Jamais un président ne s'était mis en bras de chemise." Laurent Wauquiez a également accusé Emmanuel Macron d'avoir mis en place un cabinet noir pour nuire à François Fillon pendant la campagne présidentielle.

Ce que répond Emmanuel Macron. En marge d'un déplacement aux Mureaux (Yvelines), un journaliste a demandé au chef de l'Etat s'il souhaitait faire un commentaire. "Il n'est pas inspirant. Moi, je travaille. J'ai autre chose à faire", a répliqué le président.

Gérald Darmanin

Ce qu'a dit Laurent Wauquiez. Gérald Darmanin ? "C'est du Cahuzac puissance 10, a jugé le patron des Républicains, évoquant ses récentes affaires judiciaires. Il sait très bien ce qu'il a fait. (...) Je ne lui promets pas un grand destin."

Ce que répond Gérald Darmanin. "J’ai l’impression que Laurent Wauquiez est tombé du côté obscur de la Force", a-t-il déclaré lundi sur BFMTV. "Personnellement, je n'ai pas de ressentiment contre Laurent Wauquiez", a-t-il poursuivi avant d'ajouter : "J'ai du mal à comprendre comment on peut être le chef de l'opposition avec une telle indignité."

François de Rugy

Ce qu'a dit Laurent Wauquiez. Le président des Républicains s'en est vivement pris aux députés, évoquant l'inutilité de l'Assemblée nationale. "Vous avez vu les guignols d'En Marche, là ? (...) Il n'y a aucun équilibre des pouvoirs en France. Donc il y a une dictature totale en France. L'alignement entre l'exécutif et le législatif, c'est une vaste foutaise !"

Ce que répond François de Rugy. Le président de l'Assemblée nationale dénonce un "délire contre la démocratie". "C'est insultant pour les députés, bien sûr, explique-t-il. Mais ce qui est plus grave, c'est que c'est insultant pour notre République. Je ne parle même pas des vraies victimes des vraies régimes totalitaires qui, eux, doivent frémir en entendant des propos aussi grossiers." Et d'ajouter : "C'est inadmissible, insupportable, pour les députés, de subir des attaques de la sorte de la part de gens qui ont exercé le mandat de député." François de Rugy a demandé à Laurent Wauquiez de "s'excuser devant les Français".

Le Medef

Ce qu'a dit Laurent Wauquiez. Les organisations patronales accros aux subventions ? "Les plus catastrophiques, c'est le Medef et c'est la CGPME. (...) Eux ils en ont rien à foutre de savoir si on augmente les cotisations sur les entreprises, si on augmente le truc. La seule chose qu'ils veulent, c'est encaisser l'argent", a-t-il lâché.

Ce que répond le Medef d'Auvergne-Rhône-Alpes. "Je suis surpris et désolé par ces propos, car c'est un amalgame entre deux situations que Laurent Wauquiez a confondues", a réagi Patrick Martin dans le JDD. "Le Medef Auvergne-Rhône-Alpes ne touche pas un euro de la part de la région, a-t-il affirmé. Tout est scrupuleusement réglementé, à commencer par le financement : l'argent est parfaitement tracé, tout est contrôlé."

Vous êtes à nouveau en ligne