Présidentielle : Xavier Bertrand refuse une nouvelle fois d'être candidat à une primaire" de la droite

Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le 27 juin 2021 à Saint-Quentin (Aisne).
Le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, le 27 juin 2021 à Saint-Quentin (Aisne). (SYLVAIN LEFEVRE / HANS LUCAS / AFP)

Alors que Xavier Bertrand aimerait être désigné "candidat naturel" de LR, des ténors du parti et prétendants portentiels, comme Valérie Pécresse ou Laurent Wauquiez, réclament eux l'organisation d'une primaire.

Primaire or not primaire ? Cette question brûlante, qui oppose les ténors de la droite, ne sera pas tranchée tout de suite. Ainsi en a décidé, mardi 6 juillet, le bureau politique du parti Les Républicains. Le patron de LR, Christian Jacob, a fait adopter son calendrier pour la désignation du candidat à la présidentielle : le 25 septembre, un vote aura lieu pour décider d'un "processus de rassemblement", qui pourra prendre la forme d'une primaire. Une hypothèse à nouveau rejetée quelques minutes plus tard par Xavier Bertrand, qui a répété sur TF1 qu'il ne serait "pas candidat à une primaire".

Un scénario d'ores et déjà contesté. Lundi soir, Valérie Pécresse (ex-LR), Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau, tous trois candidats potentiels à la présidentielle, ont signé (avec le patron des centristes Hervé Morin) une tribune commune dans Le Figaro pour réclamer "dès que possible" l'organisation d'une primaire ouverte de la droite et du centre.

Le numéro 2 de LR, Guillaume Peltier, rétrogradé. Christian Jacob doit également annoncer sa décision de retirer à Guillaume Peltier son titre de vice-président délégué du parti, a appris le service politique de franceinfo, confirmant une information de L'Opinion. Fin mai, Guillaume Peltier avait affirmé sa proximité avec le maire de Béziers, Robert Ménard, élu en 2014 avec le soutien du Front national.

Vous êtes à nouveau en ligne