Budget 2019 : "Ce sont des mesures qui attaquent le pouvoir d’achat, et Édouard Philippe ne s’en cache même plus", s'emporte le porte-parole des Républicains

Gilles Platret, porte-parole des Républicains.
Gilles Platret, porte-parole des Républicains. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Donnant l'exemple des retraites qui vont être augmentées en deçà de l'inflation, Gilles Platret, porte-parole des Républicains, affirme sur franceinfo que "des tas de segments de la société sont dans le viseur du gouvernement" et que le rôle de l'opposition est de "protéger ceux qui en ont besoin".

Le Premier ministre Édouard Philippe a dévoilé dimanche 26 août dans le Journal du Dimanche les grandes lignes du budget 2019. La croissance sera moins importante que prévue. Le chef du gouvernement envisage plusieurs pistes pour faire des économies, comme la suppression de 4 500 fonctionnaires de la fonction publique d'État en 2019 et 10 000 en 2020. Parmi les autres mesures envisagées, la suppression des cotisations sociales sur les heures supplémentaires, ou encore la hausse des allocations logement, familiales et retraites de 0,3%, en-dessous de l'inflation. "Ce sont des mesures qui attaquent le pouvoir d’achat, et Édouard Philippe ne s’en cache même plus", a estimé sur franceinfo Gilles Platret, porte-parole des Républicains.

Des catégories sociales attaquées

"Le Premier ministre annonce par exemple une hausse des prestations des retraités, mais qui sera bien au deçà de l’inflation. Donc on voit bien aujourd’hui qu’il y a des tas de segments de la société qui sont dans le viseur du gouvernement et le gouvernement ne se cache plus de dire qu’il les attaque, analyse Gilles Platret. Nous nous sommes dans l’opposition, c’est aussi notre rôle démocratique, et dans une vision de la société qui doit protéger ceux qui en ont besoin. Aujourd’hui des catégories sont attaquées et nous les protégeons."

Les Républicains doivent se rassembler

Concernant la rentrée politique des Républicains, avec d’un côté l’ascension ce dimanche du Mont-Mézenc par Laurent Wauquiez, le président du parti, et de l’autre, la réunion de Valérie Pécresse à Brive-la-Gaillarde vendredi, "il est logique que dans une famille politique, il y ait des idées qui s’expriment", a jugé Gilles Platret"mais à une condition" :

Il [Laurent Wauquiez] ne demande pas que tout le monde soit le doigt sur la couture du pantalon, mais une fois que la ligne est arrêtée, on la défend tous ensembleGilles Platretavec franceinfo

"Il est sain qu’un parti s’exprime, défend Gilles Platret, mais à la condition, et en particulier au moment les élections européennes approchent, que tout le monde se retrouve ensemble dans la même bataille, et c’est là que nous jugerons de notre capacité de rassemblement. Laurent Wauquiez est dans cette démarche de rassemblement".

Vous êtes à nouveau en ligne