Européennes : Bellamy-Glucksmann, le duel des nouvelles têtes

FRANCE 3

À dix jours des élections européennes, le Parti socialiste et Les Républicains font corps autour de leurs têtes d'affiche, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy. Chacun tente de s'imposer avec son style et sa méthode.

Le sprint final est lancé. L'un rappelle d'anciens ministres à la rescousse, l'autre s'affiche aux côtés d'une famille unie. Les intellectuels Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy sont désormais jetés dans l'arène politique. Quand ils sont sur le terrain, cette particularité intrigue. François-Xavier Bellamy a visité un centre pour autistes dans lequel de nombreux politiques ont déjà défilé. Même sentiment dans une association d'insertion de la banlieue de Nancy (Meurthe-et-Moselle), où Raphaël Glucksmann cultive sa différence et là aussi suscite l'intérêt. Mais entrer en politique n'est pas chose facile. Et si en réunion publique, Raphaël Glucksmann ne manque pas de faire profession de foi, les socialistes restent toujours partagés sur cette tête de liste qui ne vient pas du parti.

Des objectifs électoraux bien éloignés

Raphaël Glucksmann n'a pas réussi à fédérer toute la gauche ; c'était pourtant l'objectif de sa candidature. À droite, François-Xavier Bellamy, lui aussi, était loin de faire l'unanimité chez les siens. Ancien de la Manif pour tous et contre l'IVG (Interruption volontaire de grossesse), il est jugé trop conservateur par certains. Après trois mois de campagne, l'élu versaillais semble avoir renversé la vapeur chez les militants. À dix jours du scrutin, leur combat n'est plus le même : l'un se bat pour rester au-dessus des 5%, l'autre pour se rapprocher du duo de tête.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne