DIRECT. Les ténors Les Républicains "Macron-compatibles" sauront cet automne s'ils sont exclus du parti

Gérald Darmanin (à gauche), ministre de l\'Action et des Comptes publics, Bruno Le Maire, ministre de l\'Economie, à leur arrivée à l\'Elysée, le 18 mai 2017.
Gérald Darmanin (à gauche), ministre de l'Action et des Comptes publics, Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, à leur arrivée à l'Elysée, le 18 mai 2017. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Le Premier ministre, trois ministres et deux leaders des députés Constructifs risquent l'exclusion du parti pour leur ralliement à l'exécutif ou leur trop grande proximité avec la majorité présidentielle.

Les Républicains choisissent à nouveau le ni-ni. Réunis en bureau politique, mardi 11 juillet, les ténors des Républicains ont choisi de ne pas exclure immédiatement du parti six de leurs membres, coupables de s'être trop rapprochés d'Emmanuel Macron et de la République en marche. En attendant d'être fixés sur leur sort par une commission ad hoc qui se réunira cet automne, Gérald Darmanin et Sébastien sont suspendus de leurs fonctions exécutives au sein de la formation politique, ont indiqué des sources LR. Suivez la situation en direct.

 Six responsables risquent l'exclusion. Outre le Premier ministre Edouard Philippe, les ministres Bruno Le Maire et Gérald Darmanin et le secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu sont concernés, ainsi que les députés Thierry Solère et Franck Riester. Ces deux derniers sont à l'origine de la scission qui a donné naissance au groupe des "Constructifs" à l'Assemblée, des députés qui se disent prêts à voter avec la majorité sur certains textes. Il compte notamment douze députés les Républicains, et Franck Riester en est le coprésident.

 Leur sort fait débat en interne. Certains Républicains, comme Eric Ciotti ou Nadine Morano, demandent l'exclusion, mais d'autres, comme Christian Estrosi ou Eric Woerth, plaident pour la clémence envers ceux qui "se sont éloignés du parti". Bernard Accoyer, le secrétaire général du parti, a assuré mardi que l'exclusion n'était ni écartée ni assurée, mettant en garde contre le "piège" de "donner l'image de coupeurs de têtes".

 Solère déposera un recours s'il est exclu. Le député membre du groupe des Constructifs a déjà déclaré qu'il n'accepterait pas la décision du bureau politique. Et promet une procédure "interessante" car la commission de recours compte, parmi ses membres, deux des possibles exclus, Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, ainsi que le conseiller du Premier ministre Gilles Boyer.

Vous êtes à nouveau en ligne