Battu à la présidentielle, que va faire François Fillon de son "trésor de guerre" de 3,3 millions d'euros ?

L\'ex-candidat de la droite et du centre, François Fillon, lors de son discours de défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017.
L'ex-candidat de la droite et du centre, François Fillon, lors de son discours de défaite au premier tour de la présidentielle, le 23 avril 2017. (BENJAMIN MENGELLE / AFP)

Selon une enquête de "Sud Ouest", l'ex-candidat de la droite et du centre a amassé, via son micro-parti Force républicaine, 3,3 millions d'euros issus de la collecte de dons pour sa campagne. 

Battu, certes, mais riche. Si François Fillon a échoué à se qualifier pour le second tour de la présidentielle, le candidat de la droite et du centre n'en ressort pas ruiné pour autant. "Son micro-parti, Force républicaine, pourrait même sortir plus riche que jamais de cette défaite historique, en conservant 3,3 millions d'euros issus de la collecte de dons pour sa campagne", révèle une enquête du journal Sud Ouest. Franceinfo vous explique comment a été amassé ce "trésor de guerre", sur lequel lorgnent Les Républicains, endettés à hauteur de 55 millions d'euros.

A3F effacée par Force républicaine

Jusqu'à sa victoire à la primaire de la droite, François Fillon finance sa campagne via son micro-parti Force républicaine, comme il est d'usage et parfaitement légal. Une fois investi par Les Républicains, le candidat créé l'association A3F, pour Association de financement de François Fillon, qui devait percevoir les nouveaux dons. Cela n'a, en réalité, pas été le cas, explique Sud Ouest, qui a contacté le trésorier de cette association. "Les dons, c'est Force républicaine ! Moi, j'ai dû en recevoir deux maximum !", a assuré Philippe de Ladoucette.

François Fillon avait alors déjà reçu un chèque de dix millions d'euros de la part de la Haute autorité de la primaire de la droite et bénéficié d'un emprunt de cinq millions d'euros, contracté par Les Républicains. Ces dons supplémentaires étaient-ils nécessaires ? "En fait, on aurait eu besoin de cet argent, pour le second tour notamment", défend auprès de franceinfo Vincent Chriqui, ancien directeur de campagne de François Fillon et secrétaire général de Force républicaine. Ce dernier reconnaît que l'association A3F n'a pas perçu de dons : "A3F était alimentée par les fonds issus de la primaire et aussi par l'apport du candidat et donc il n'y avait pas besoin de lever des fonds supplémentaires via l'A3F." 

"Personne ne considère que les 3,3 millions d'euros devraient revenir aux Républicains"

Que va donc faire François Fillon de tout cet argent ? Dans son entourage, on insiste bien sur l'absence d'obligation légale de reverser ces fonds aux Républicains. "Personne ne considère que les 3,3 millions d'euros devraient leur revenir", affirme Vincent Chriqui. 

On n'est pas dans une situation où il y aurait une sorte de montant à reverser aux Républicains de manière évidente.Vincent Chriqui, ex-directeur de campagne de François Fillon et secrétaire général de Force républicaineà franceinfo

"Si la campagne avait coûté aux Républicains, on pourrait nous demander de venir rembourser au moins une partie, mais ce n'est pas le cas", avance Vincent Chriqui, avant de développer : "Tout ce que les Républicains ont dépensé pendant la campagne a été remboursé par l'association. Et le prêt qui a été consenti par les Républicains sera intégralement remboursé au parti." 

Le trésorier des Républicains a "découvert les chiffres dans 'Sud Ouest'"

Aux Républicains, justement, le trésorier Daniel Fasquelle assure avoir "découvert" l'ampleur du "trésor" de François Fillon dans Sud Ouest. "La priorité, c'est le second tour de la présidentielle et puis les comptes de campagne ne sont pas arrêtés, mais j'ai eu Vincent Chriqui ce week-end et on a convenu de se voir", raconte-t-il à franceinfo. 

Le trésorier des Républicains a cependant sa petite idée sur la destination d'une partie, au moins, de ces fonds. "Notre tradition veut qu'un candidat aux municipales ou aux législatives qui a dégagé un excédent de campagne reverse tout ou partie au parti qui l'a soutenu", relève avec malice Daniel Fasquelle. Néanmoins, ce dernier souligne aussi que cette situation est "totalement inédite, nouvelle". 

Ce n'est pas facile de faire la part entre ceux qui ont donné à Fillon et ceux qui ont donné au candidat de la droite.Daniel Fasquelle, trésorier des Républicainsà franceinfo

"Si on récupère un ou deux millions, ce sera une bonne nouvelle, mais ça ne va pas régler la situation financière des Républicains, nuance également Daniel Fasquelle. J'ai construit mon budget pour 2017 et je l'ai fait sans cet argent."

Vous êtes à nouveau en ligne