Les propositions de Nicolas Sarkozy pour la France

(Nicolas Sarkozy, lors de son meeting la semaine dernière à Lambersart, dans le nord de la France © REUTERS/Pascal Rossignol)

C'est le Figaro magazine que l'ancien président a choisi pour distiller ses quelques propositions - des promesses de campagne, serait-on tenté de dire, même si officiellement il s'agit du fruit de deux ans de réflexions. Le candidat à la présidence de l'UMP - pour l'instant - reprend certaines de ses anciennes idées.

Nicolas Sarkozy parle beaucoup de revenir à ce qu'il avait fait entre 2007 et 2012, dans cet entretien au Figaro magazine . Revenir au non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, revenir à la défiscalisation des heures supplémentaires, rétablir le jour de carence dans la fonction publique, diminuer le nombre d'enseignants... Bref, effacer le quinquennat de François Hollande.

Puis Nicolas Sarkozy reprend également des idées qu'il avait développées pendant la campagne présidentielle de 2012 : renégocier l'espace Schengen, harmoniser notre fiscalité avec l'Allemagne, sortir des 35 heures par des négociations internes dans les entreprises, ou encore imposer une règle d'or pour contraindre les futurs gouvernements à faire des économies... Tout cela a déjà été entendu.

Et puis, Nicolas Sarkozy ajoute à tout cela quelques idées nouvelles - ou plutôt, il reprend quelques idées désormais à son compte - et certaines ont pour fonction de faire réagir. Par exemple, la fin des fonctionnaires à vie, sauf pour les policiers et les enseignants, avec des contrats de cinq ans ; conditionner les allocations à une activité parce que le RSA, dit Nicolas Sarkozy, a été un échec ; enfin, sur le mariage pour tous, il propose de réserver la PMA, la procréation médicalement assistée, aux seuls hétérosexuels infertiles, et d'interdire complètement la GPA.

Autant d'idées qui restent ouvertes, assure Nicolas Sarkozy. Car l'ancien président propose de recourir à la votation, sur le modèle suisse, c'est-à-dire de trancher certains sujets par des référendums, lors des élections législatives.

Vous êtes à nouveau en ligne