Les "Bonnets rouges" appellent à manifester le 30 novembre

(SALOM-GOMIS SEBASTIEN /SIPA)

Les "Bonnets rouges" ont annoncé vendredi qu'ils préparaient une nouvelle manifestation "quelque part en Bretagne" le 30 novembre prochain à 15 heures. Ils veulent dénoncer "l'absence de réponses du gouvernement" à leurs revendications. Un appel à manifester qui intervient à l'issue d'une réunion entre plusieurs organisations et le gouvernement à Rennes. 

"Les Bretons ne cèderont pas ", a affirmé vendredi Christian
Troadec, le maire de Carhaix et membre du collectif des "Bonnets
rouges"
. Un collectif qui vient d'annoncer qu'une nouvelle manifestation
serait organisée le 30 novembre prochain "quelque part en Bretagne" .
Un rassemblement "grave et pacifique ".

Il
s'agit de protester contre "l'absence de réponses du gouvernement aux problèmes des
Bretonnes et des Bretons
", a indiqué Thierry Merret, président de la FDSEA
du Finistère et membre du collectif. "Il y a un gouvernement qui ne veut
pas entendre et qui est juste là avec des mesurettes, qui recycle ses mêmes
idées"
, a expliqué pour sa part Christian Troadec.

À lire aussi ►►►Écotaxe ? Écomouv' ? De quoi parle-t-on ?

"On nous refuse les moyens de développement"

Les "Bonnets rouges" font
notamment le parallèle entre la Bretagne et Marseille. Ce vendredi matin, le
Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé un vaste plan d'investissements,
avec notamment trois milliards d'euros en faveur des transports. "En même
temps on nous refuse ici des moyens de développement (...) franchement on se
moque de nous"
, a lancé le maire de Carhaix. 

Olivier Le Bras délégué FO
de la société d'abattage de porcs Gad SAS, également membre du collectif a lui
réitéré les demandes du collectif à savoir "le maintien de la gratuité des
routes en Bretagne. L'écotaxe est un symbole flagrant de l'injustice, de la
gabegie et de l'incompréhension de l'Etat".

"Pas de rapport de force"

Guillaure Garot, le
ministre de l'agroalimentaire refuse le rapport de force. Avec Stéphane Le Foll,
le ministre de l'Agriculture, ils ont rencontré les organisations syndicales et
des organisations professionnelles agricoles à Rennes. "Est-ce-qu'il vaut mieux bloquer où tout au contraire discuter pour avancer ?" , s'est interrogé Guillaume Garot.  

"La démarche du gouvernement
c'est le dialogue, mais toujours la fermeté car on ne peut pas supporter la
violence." (Guillaume Garot)

 

Cette réunion a été organisée à Rennes, et non pas à Quimper, le fief des bonnets rouges qui manifestaient la semaine dernière. Stéphane Le Foll ne les a pas oublié expliquant que "ceux qui étaient
à Quimper ne sont pas venus. On ne peut pas venir dans une discussion sans que
chacun fasse un pas. Nous avons tendu la main mais si des partenaires considèrent
que c'est tout ou rien, c'est leur responsabilité".
 

Les "Bonnets
rouges" sont à l'origine du rassemblement organisé le 2 novembre à Quimper
qui a réuni entre 15.000 et 30.000 personnes contre l'écotaxe poids-lourds et
pour le maintien de l'emploi en Bretagne.

À lire aussi ►►►Marée de "Bonnets rouges" dans les rues de Quimper

Vous êtes à nouveau en ligne