Législatives : un élu UMP exclu pour avoir rejoint le rassemblement de Le Pen

Jean-François Copé a annoncé, mercredi 16 mai, l\'exclusion d\'un élu UMP, candidat aux législatives sous la bannière du Rassemblement bleu Marine. 
Jean-François Copé a annoncé, mercredi 16 mai, l'exclusion d'un élu UMP, candidat aux législatives sous la bannière du Rassemblement bleu Marine.  (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Olivier Eyraud, conseiller général de Reyrieux, dans l'Ain, se présentera aux élections sous la bannière du Rassemblement bleu Marine. Il a été exclu de l'UMP par Jean-François Copé. 

Jean-François Copé n'a cessé de la répéter depuis la défaite de son camp à l'élection présidentielle : pas d'accord avec le FN aux législatives, sinon c'est la porte. Mercredi 16 mai, le patron de l'UMP a ainsi annoncé l'exclusion du parti du conseiller général UMP qui a décidé de se présenter, en juin, sous la bannière du Rassemblement bleu Marine dirigé par Marine Le Pen.

"A partir du moment où il est candidat aux législatives pour le Front national, il n'est plus à l'UMP", a indiqué Jean-François Copé sur Canal+, interrogé sur le cas d'Olivier Eyraud, conseiller général de Reyrieux, dans l'Ain. Ce dernier se présentera sous l'étiquette imaginée par le FN pour rassembler au-delà du parti frontiste, avait annoncé la veille Louis Aliot, le numéro 2 du Front national. 

Un message envoyé à l'aile droite du parti

En guise d'avertissement, le secrétaire général de l'UMP a confirmé que ce type de ralliement conduirait invariablement à l'exclusion de ceux qui en prennent la responsabilité : message envoyé aux quelques élus de l'aile droite du parti, la droite populaire, qui ont évoqué la possibilité d'un "rapprochement", censé faire barrage à la gauche. 

Marine Le Pen, qui a obtenu 17,9% au premier tour de la présidentielle, a appelé les élus et les responsables déçus par "l'UMPS" à rejoindre son Rassemblement bleu Marine. Elle espère alors élargir le rassemblement lancé lors de la présidentielle, qui a vu des ex-chevènementistes et villiéristes, ainsi que des personnalités indépendantes, soutenir sa candidature. Objectif : obtenir, pour la première fois depuis vingt-cinq ans, des députés frontistes ou issus du Rassemblement bleu Marine à l'Assemblée nationale, en dépit d'un mode de scrutin favorables aux grands partis. 

Vous êtes à nouveau en ligne