Législatives : Ségolène Royal devrait être candidate à La Rochelle et échapper à une nouvelle primaire

Ségolène Royal (au centre) et Olivier Falorni (à droite) en 2007
Ségolène Royal (au centre) et Olivier Falorni (à droite) en 2007 (XAVIER LEOTY / AFP)

Ségolène Royal, qui souhaite revenir à l'Assemblée nationale lors des prochaines législatives en 2012, devrait pouvoir être candidate dans la 1ere circonscription de Charente-Maritime, au grand dam du premier secrétaire fédéral, Olivier Falorni.

Ségolène Royal, qui souhaite revenir à l'Assemblée nationale lors des prochaines législatives en 2012, devrait pouvoir être candidate dans la 1ere circonscription de Charente-Maritime, au grand dam du premier secrétaire fédéral, Olivier Falorni.

La commission nationale du PS, en charge des législatives, a décidé jeudi soir que la 1ere circonscription de Charente-Maritime sera réservée à une femme. Arrivée en quatrième position de la primaire du Parti socialiste, Ségolène Royal n'aura donc pas à passer une nouvelle fois par cet exercice puisque cette circonscription lui semble réservée.

Mercredi soir, la fédération départementale avait pourtant voté par 24 voix contre 19 une motion prévoyant que les autres circonscriptions de Charente-Maritime seraient réservées à des candidatures féminines mais que la première, dans laquelle le sortant Maxime Bono ne se représente pas, serait ouverte à toutes les candidatures, ouvrant le champ à une primaire.

Cette motion avait été présentée par Olivier Falorni, premier fédéral et soutien de François Hollande, qui s'était lui-même déclaré "candidat à la candidature" dans cette circonscription.

Une tentative de parachutage pathétique

"Je n'imagine pas un seul instant que la commission électorale nationale puisse aller contre le vote de la fédération de Charente-Maritime", avait indiqué M. Falorni, avant la réunion de la commission nationale. Désavoué par Paris, ce dernier n'a pas manqué de faire connaître son mécontentement.

"Cette décision prise par quelques responsables parisiens s'essuie les pieds sur le vote du conseil fédéral, sur le vote démocratique de la fédération, et tient pour rien les militants eux-mêmes. La tentative de parachutage sur La Rochelle devient de plus en plus pathétique, sans gloire et sans panache"", a déclaré M. Falorni.

Sa décision de se mettre en lice dans une primaire face à Mme Royal pouvait aller à l'encontre d'une tradition au PS selon laquelle une circonscription libérée par un homme soit réservée à une femme. Député et maire de La Rochelle, Maxime Bono, qui ne souhaite pas se représenter, avait lui même proposé la circonscription à Mme Royal, présidente de la région.

La candidate du PS à l'élection présidentielle de 2007 était député des Deux-Sèvres avant d'abandonner son mandat pour présider la région. Elle avait alors laissé son siège à Delphine Batho. Pour 2012, elle a donc décidé de changer de circonscription.

Mme Royal, présidente de Poitou-Charentes, pourrait briguer la présidence de l'Assemblée nationale dans la prochaine législature, selon plusieurs médias. Dans l'hypothèse d'une victoire de la gauche aux législatives se poserait alors une question de cumul des mandats.

Vous êtes à nouveau en ligne