Le président a prédit lundi une situation "très très difficile" en cas de succès républicain aux législatives de mardi

Barack Obama, le 29 octobre 2010, à Washington DC.
Barack Obama, le 29 octobre 2010, à Washington DC. (AFP / Saul Loeb)

Barack Obama s'exprimait à l'antenne de la radio WDAS-FM de Philadelphie (Pennsylvanie, est), alors que les sondages prédisent une défaite douloureuse pour le camp démocrate."C'est une élection difficile, parce que nous venons de traverser une période très difficile ces deux dernières années", a-t-il souligné.

Barack Obama s'exprimait à l'antenne de la radio WDAS-FM de Philadelphie (Pennsylvanie, est), alors que les sondages prédisent une défaite douloureuse pour le camp démocrate.

"C'est une élection difficile, parce que nous venons de traverser une période très difficile ces deux dernières années", a-t-il souligné.

"Le chômage est toujours élevé, les gens sont évidemment mécontents du rythme de la reprise, même si nous avons sauvé l'économie d'une deuxième dépression", a déclaré Barack Obama. Le taux de chômage officiel des Etats-Unis est actuellement de 9,6%, quasiment au plus haut depuis 30 ans. "Mais la vérité est que nous sommes en train de faire des progrès (...) toutes les statistiques montrent que nous allons dans la bonne direction", a assuré le président.

Après avoir parcouru les Etats-Unis jusqu'à dimanche, Barack Obama est resté lundi à la Maison Blanche, où il a enchaîné les entretiens à des radios locales dans l'espoir de motiver jusqu'au bout les militants démocrates.

Mardi, selon lui, les Américains devront répondre à la question: "allons-nous poursuivre sur cette voie, ou allons nous nous raviser et revenir à la situation qui nous a fait tomber dans ce gâchis ?", a-t-il demandé, faisant allusion aux huit années de la présidence républicaine de George W. Bush. "Aussi difficile que ce soit en ce moment, nous allons au moins dans la bonne direction. Si nous nous ravisons, cela prendra beaucoup de temps avant de parvenir à une situation dans laquelle les gens peuvent développer leurs talents, les petites entreprises peuvent croître."

"Nous pourrions nous retrouver dans une situation très, très difficile", a-t-il prévenu, prophétisant que le vote de mardi aura "des conséquences pour les décennies à venir". "Il va falloir une bonne participation" en faveur des candidats démocrates, a-t-il encore plaidé: "Si les autres (les républicains) sont plus enthousiastes, nous pourrions avoir des problèmes pour faire progresser ce pays."

Vous êtes à nouveau en ligne