Le premier ministre attaque François Hollande lors de ses voeux

Les voeux de François Fillon (09/01/2012)
Les voeux de François Fillon (09/01/2012) (AFP/JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le premier ministre a attaqué François Hollande lors de ses voeux à la presse lundi 9 janvier. François Fillon a accusé le candidat PS à la présidentielle de se livrer à une "diabolisation infantile" du président de la République.

Le premier ministre a attaqué François Hollande lors de ses voeux à la presse lundi 9 janvier. François Fillon a accusé le candidat PS à la présidentielle de se livrer à une "diabolisation infantile" du président de la République.

Lors de ses voeux à la presse à Matignon, lundi 9 janvier, le premier ministre a ironisé sur la formule du député de Corrèze dans son adresse aux Français du 3 janvier publiée dans "Libération".

"France affaiblie, abaissée, abîmée, dégradée...", avait écrit François Hollande. Pour le premier ministre, "à écouter M. Hollande tout n'est qu'échec, iniquité, désolation, bref notre pays est dans le gouffre".

"Je combats cette maladie, cette sorte de scorpionite, cette autolyse qui consiste à nous envenimer pour mieux croire au mythe du phénix qui renaît de ses cendres", a poursuivi le chef du gouvernement.

"J'ai bien compris qu'il s'agit de passer de l'ombre à la lumière et ce faisant de résumer l'élection présidentielle à la personne de Nicolas Sarkozy accusé d'avoir mis la France au tombeau", a argumenté le premier ministre.

"Cette diabolisation est infantile, mais chacun aura compris son but: éviter de parler du fond, éviter d'élargir le débat aux contraintes du monde et par là même, éviter de placer le socialisme devant ses contradictions", a encore accusé M. Fillon.

Déficit en baisse

François Fillon a annoncé lundi que le déficit de l'Etat serait en 2011 "de 4 milliards inférieur à la dernière prévision", avec pour conséquence un déficit public "très probablement inférieur aux 5,7% du PIB" sur lesquels la France s'est engagée.

C'est la première fois que le gouvernement parle d'un déficit public inférieur à 5,7% cette année en 2011. Il est prévu à 4,5% en 2012, 3% en 2013 et devrait diminuer encore, selon les engagements du gouvernement, pour revenir à l'équilibre en 2016.

Vous êtes à nouveau en ligne