Le bilan de Sarkozy ? Pour le PS, "un million de demandeurs d'emploi" en plus

Manifestation devant PSA Aulnay, usine menacée de fermeture en 2012
Manifestation devant PSA Aulnay, usine menacée de fermeture en 2012 (AFP/Jacques Demarthon)

Après l'annonce d'une nouvelle hausse du chômage, au plus haut depuis 12 ans, les réactions politiques se multiplient, dénonçant le bilan de Nicolas Sarkozy. L'UMP rappelle la crise et l'organisation d'un sommet pour l'emploi le 18 janvier.

Après l'annonce d'une nouvelle hausse du chômage, au plus haut depuis 12 ans, les réactions politiques se multiplient, dénonçant le bilan de Nicolas Sarkozy. L'UMP rappelle la crise et l'organisation d'un sommet pour l'emploi le 18 janvier.

Entre Noël et Nouvel An, le ministère du Travail a rendu publics lundi 26 novembre les chiffres du chômage. Avec une hausse de 1,1% en novembre et de plus de 5% en un an, ce sont les pires depuis 12 ans.

Le Parti socialiste dénonce le bilan du chef de l'Etat : "un million de demandeurs d'emploi supplémentaires en une mandature". L'UMP reconnaît que "les chiffres ne sont pas bons", mais souligne que Nicolas Sarkozy organise un sommet pour l'emploi dans trois semaines et que la crise touche toute l'Europe. Passage en revue des différentes réactions, par communiqué essentiellement, vacances obligent :

  • Alain Vidalies (PS) "Le bilan de Nicolas Sarkozy : un million de demandeurs d'emploi supplémentaires en une mandature! ... Derrière les effets de manche, derrière les coups politiques - personne n'est dupe des visées électoralistes du "sommet pour l'emploi" -, il est temps de s'en préoccuper à 4 mois de l'élection présidentielle! ... Le gouvernement mène une politique qui ne peut que conduire à la hausse du nombre de demandeurs d'emploi et à l'atonie de la croissance. La politique voulue par M. Sarkozy est en échec, il est grand temps d'en changer".
  • Valérie Rosso-Debord (UMP) "a pris connaissance des chiffres du chômage de novembre qui ne sont pas bons". "Le ralentissement de l'activité complique la tache du gouvernement et c'est assez logique : il est très difficile de faire reculer le chômage quand la croissance ralentit, et elle ralentit dans les principaux pays européens". La députée relève "certaines tendances encourageantes", comme la progression "des formations en alternance". Sur Twitter, elle fournit des comparaisons européennes d'évolution du chômage et .
  • Robert Rochefort, membre de l'équipe de campagne de François Bayrou (MoDem) : "La nouvelle augmentation du chômage n'est pas une surprise. Elle contredit toutes les annonces que le gouvernement a martelées au cours de l'année 2011. Le chômage ne recule pas, il accroît même sa progression ... La relance organisée par une mobilisation générale de la production en France telle que François Bayrou la propose est non seulement une urgence absolue mais aussi la seule perspective crédible face à un chômage d'une telle ampleur".
  • Florian Philippot, porte-parole de la campagne de Marine Le Pen (Front national) "Mois après mois, le gouvernement Sarkozy bat tous les records du chômage ... Cette nouvelle flambée du chômage sanctionne un gouvernement qui s'est installé dans l'immobilisme... Seule Marine Le Pen a la volonté de renverser le système et de se donner les moyens de remettre la France d'aplomb : il faut protéger l'économie française, réarmer notre pays dans la mondialisation. Un protectionnisme intelligent devient désormais urgent".
Vous êtes à nouveau en ligne