Laurence Parisot salue le bilan de Nicolas Sarkozy mais soutient les corps intermédiaires

Laurence Parisot
Laurence Parisot (ERIC PIERMONT / AFP)

Jeudi 5 avril, Laurence Parisot était l'invité des 4 Vérités sur France 2. La patronne du Medef a salué le bilan de Nicolas Sarkozy mais se déclare prête à travailler avec François Hollande dont elle vante la vision du paritarisme.

Jeudi 5 avril, Laurence Parisot était l'invité des 4 Vérités sur France 2. La patronne du Medef a salué le bilan de Nicolas Sarkozy mais se déclare prête à travailler avec François Hollande dont elle vante la vision du paritarisme.

En fine politique qu'elle est, Laurence Parisot n'a insulté ni l'avenir, ni le passé ce matin sur France 2.

Pas de consigne de vote

Le passé tout d'abord. Elle salue l'action du quinquennat de Nicolas Sarkozy. "Le bilan de Nicolas Sarkozy ce n'est pas un boulet mais du boulot. Un boulot extraordinaire en intensité et en quantité et bénéfique pour les entreprises".

Néanmoins son organisation ne donnera pas de consigne de vote, estimant que "ce n'est pas le rôle d'une organisation professionnelle comme la sienne". Elle souhaite juste que la réforme de l'assurance maladie soit le prochain grand chantier du quinquennat.

L'avenir ensuite. Mme Parisot se déclare prête à travailler avec François Hollande. "C'est la vocation du Medef de travailler avec tout gouvernement quelqu'il soit".

Rien d'extraordinaire pour une organisation qui compte dans son sein des patrons de gauche, même s'ils sont minoritaires.

Approche de Hollande "interessante"

Y compris avec Jean-Luc Mélenchon ? Mme Parisot botte en touche. Elle avait qualifié M. Mélenchon "d'héritier d'une forme de terreur".

L'ancienne patronne d'IFOP salue néanmoins la vision du paritarisme du candidat socialiste.

"Son approche sur l'autonomie du dialogue social est une approche que nous trouvons très interessante. Cette capacité qu'il peut y avoir une responsabilisation accrue du dialogue social me semble tout à fait saine. Il faut donner de l'air à la société civile", déclare-t-elle.

Ode aux corps intermédiaires

Interrogée ensuite la charge du président de la République contre les syndicats, elle défend les corps intermédiaires.

"J'ai été toujours favorable au paritarisme. Au cours des cinq années, nous avons été extremement productifs syndicats eet patronnats. C'est assez étrange car il y a des succès issus du travail entre patronat et syndicats: 40 accords dont certains majeurs", explique Mme Parisot.

"Les corps intermédiaires ont un diagnostic. Les succès de Nicolas Sarkozy sont liés aussi aux corps intermédiares comme lors du Grenelle de l'environnement", ajoute-t-elle, alors que sur le plateau de Télématin, un élément du décor tombe en dehors du champ des caméras.

Vous êtes à nouveau en ligne